Communiqué de la 6e assemblée annuelle du Consortium pour les infrastructures en Afrique: l’investissement dans l’infrastructure régionale est vital pour le développement économique en Afrique

Site du Consortium pour les infrastructures en Afrique. Un accès fiable à l’énergie, aux ressources en eau, aux technologiques de l’information et de la communication (TIC) ainsi qu’aux corridors de transport reliant les pays africains est crucial pour accélérer la croissance économique et la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement, ont reconnu les membres du Consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA). Réunis pendant deux jours à Tunis, les membres de l’ICA ont constaté que les engagements financiers extérieurs pour les projets d’infrastructure sont passés à près de 40 milliards de dollars en 2009, malgré l’impact de la crise économique mondiale, les investissements des seuls membres de l’ICA passant de 13,7 milliards de dollars en 2008 à 19,5 milliards en 2009, soit une progression de 45 %.

Les participants ont noté que pour hâter la mise en place de l’infrastructure régionale, il faudra des instruments financiers innovants, une harmonisation et une coordination plus étroites entre les intervenants, y compris les pouvoirs publics nationaux, ainsi qu’une répartition équitable des coûts et avantages des projets transfrontières entre pays participants. Les membres de l’ICA ont reconnu l’importance que revêtent la coordination et la contribution de tous les partenaires et bailleurs de fonds, y compris le secteur privé, pour combler le déficit de financement de l’infrastructure régionale, et ont appelé à un engagement accru au sein de l’ICA.

À l’issue de la réunion, David Moloney, Viceprésident exécutif de l’Agence canadienne de développement international et coprésident de la réunion, à déclaré : « L’intégration régionale est essentielle au développement socioéconomique
de l’Afrique. L’intérêt de plus en plus porté aux grands projets de corridors transfrontières constitue une évolution encourageante. Le mise en oeuvre de toutes ces initiatives passe par l’engagement et la collaboration de l’ensemble des parties concernées ».

Bobby J. Pittman, Viceprésident  de la Banque africaine de développement et coprésident
de la réunion, a ajouté : « L’accroissement en 2009 du soutien financier des membres de l’ICA au développement de l’infrastructure en Afrique représente une réalisation notable. À la faveur de la crise économique mondiale, l’Afrique a administré la preuve que l’investissement dans l’infrastructure comporte beaucoup moins de risques qu’on ne le croyait initialement. Les membres de l’ICA ont marqué leur ferme appui au processus du PIDA, qui fournit un cadre important et un plan à long terme pour l’amélioration de l’infrastructure transfrontière. Pris en main et élaboré par l’Afrique pour l’Afrique, le PIDA établit une « feuille de route » pour le développement de l’infrastructure en Afrique. »

Alex Rugamba, Coordinateur de l’ICA, a fait observer que : « Des solutions d’infrastructure régionale sont requises pour relever le défi de l’intégration économique régionale. Le continent offre aussi bien la croissance qu’une demande sans précédent. Le développement de l’infrastructure pourrait ajouter 2 points de pourcentage à la croissance du PIB du continent et améliorer la productivité de 40%. »

Les participants ont reconnu que la réunion de cette année avait renforcé la place de l’ICA en qualité de plateforme pour le partage de connaissances, d’expériences et d’informations sur le développement de l’infrastructure en Afrique, à même de réunir un large éventail d’acteurs clés (par exemple la Chine, la Corée, les fonds arabes et islamiques, et les représentants du secteur privé). Ils ont observé que l’ICA se devait d’être flexible pour pouvoir s’adapter aux exigences et besoins futurs.

Le Consortium pour les Infrastructures en Afrique (ICA) a été lancé lors du Sommet du G8 tenu à Gleneagles en 2005. Son rôle est de contribuer à l’amélioration des conditions de vie et du bien-être des populations africaines en encourageant et en soutenant la promotion des investissements, tant de sources publiques que privées, dans le développement des infrastructures du continent. L’ICA joue le rôle de catalyseur pour renforcer et accélérer le développement des infrastructures en Afrique. La Commission européenne est membre de cette initiative qui rejoint l’objectif du Partenariat Afrique-UE de développer des infrastructures et des services de meilleure qualité et durables.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :