Résultats de la 3ème Rencontre de Coordination des Participants à la Stratégie conjointe UE – Afrique

La 3ème Rencontre de Coordination des Chefs de file de l’UE et des autres parties prenantes impliquées dans la mise en œuvre de la Stratégie conjointe UE – Afrique et du Premier Plan d’Actions a eu lieu le 12 juin 2009 à Bruxelles.

La Présidence tchèque a diffusé des informations sur le Site officiel de la CE sur les avancées obtenues lors de la 3ème Rencontre de Coordination des Chefs de file de l’UE et des autres acteurs impliqués dans la mise en œuvre de la Stratégie conjointe UE – Afrique, qui s’est tenue à Bruxelles le 12 juin dernier. C’était la dernière rencontre de ce type organisée par la Présidence tchèque, initiatrice de ce processus de coordination pour l’UE. La Présidence a proposé aux États-Membres de considérer ce résumé comme document de travail de base pour le débat stratégique sur le Stratégie conjointe UE-Afrique tenu dans les capitales du COAFR (Groupe de Travail Afrique) le 17 juin 2009.

Les Chefs de file de l’UE de sept Partenariats issus de la Stratégie conjointe UE – Afrique, la Présidence, la Commission, le Secrétariat, les coordinateurs nationaux et les délégués suédois, autrichiens, danois, allemands, finlandais, français, portugais, espagnols et britanniques étaient présents à cette rencontre.

L’objectif était d’évaluer les progrès réalisés ces six derniers mois et de discuter des démarches futures pour le second semestre de 2009. La Présidence a résumé les résultats acquis lors de la 12ème et dernière Troïka ministérielle Afrique – UE en date (Luxembourg, 28 avril 2009), durant laquelle les Ministres ont accueilli favorablement les avancées réalisées à la fois aux niveaux politique et opérationnel.

Au cours de la Rencontre de coordination, l’évolution du dialogue politique a été particulièrement bien accueillie, notamment en ce qui concerne la prévention des conflits, la gestion de crises, la réponse coordonnée aux changements inconstitutionnels de gouvernements et aux autres crises africaines (mettant entre autres en exergue la participation de l’UE dans le Groupe de crise international (ICG) en Mauritanie, à Madagascar, en Guinée, en Guinée-Bissau et en Somalie). D’autres développements positifs mentionnés font référence à la crise économique et financière, au rôle de l’Afrique dans le suivi du G20, à la préparation de la Conférence de Copenhague sur le Changement climatique, aux questions relatives aux Droits de l’Homme et à l’État de Droit. Les participants ont aussi souligné le Dialogue UE-UA sur les Droits de l’Homme (Bruxelles, 20 avril 2009), y compris la Rencontre de la Société civile, qui s’est tenue pour la première fois dans ce cadre. L’échange entre le Commissaire Lamamra, chargé des questions de Paix et de Sécurité au sein de l’UA, et le Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’UE (22 avril 2009) a aussi été accueilli favorablement ; le COAFR a participé à des rencontres formelles avec l’Ambassadeur de l’UA auprès de l’Ambassadeur Annadif auprès de l’UE (18 février 2009) et du Bureau des Ambassadeurs africains (25 février 2009). Le Premier Groupe de travail conjoint élargi, réuni à Bruxelles (17 et 18 mars 2009) a aussi été apprécié et reconnu comme un acteur très utile pour renforcer l’efficacité du dialogue politique au niveau de Bruxelles. La Stratégie conjointe UE – Afrique a aussi était débattue durant la Présidence tchèque comme une des priorités durant toutes les Troïkas ministérielles, concrètement avec l’Afrique du Sud (Cape Town, 16 janvier 2009), l’IGAD (Bruxelles, 31 mars 2009), le Cap Vert (Praia, 7 mai 2009), le Nigéria (Prague, 9 juin 2009) et la CEDEAO (Luxembourg, 16 juin 2009). Les questions relatives à la Stratégie conjointe UE – Afrique étaient aussi à l’ordre du jour des rencontres des Hauts Fonctionnaires avec les États-Unis (Bruxelles, 27 février 2009) et le Canada (Bruxelles, 12 mars 2009). Le dialogue avec le Japon (Bruxelles, 25 juin 2009) conscientisera ce dernier sur la Stratégie conjointe.

Sur le plan de la mise en œuvre, la mise sur papier d’une première ébauche de texte relative à la Feuille de route de sept Partenariats découlant de la Stratégie conjointe est considérée comme un excellent résultat. Les participants ont observé le niveau actuel d’implication des différents partenaires africains dans les divers Partenariats, y compris les États africains, l’UA et les REC (Communautés économiques régionales). Il a été souligné que cette participation devrait être accrue dans la majorité des Partenariats afin de graduellement corriger l’approche asymétrique actuelle dans la supervision de la mise en œuvre des Feuilles de route. A l’heure actuelle, seul le Partenariat sur la Paix et la Sécurité est bien équilibré, avec une implication des diverses parties prenantes issues des deux continents. Le manque de répondant de la part du côté africain par rapport à la nomination d’un Co-Chef de file sur le 7ème Partenariat (Migration, Mobilité et Emploi) a été particulièrement mis en avant. La Présidence et la Commission ont été invitées, vus leurs rôles, à soulever la question en marge du prochain sommet de l’UA à Syrte.

Vu l’aval ministériel sur la proposition PE – PAP, les Parlements européen et pan-africain devraient s’impliquer davantage dans la mise en œuvre de la Stratégie conjointe à tous les niveaux (Équipes de mise en œuvre, Groupes d’Experts conjoints, Groupe de Travail conjoint élargi, rencontre en marge des Troïkas ministérielles, cérémonie d’ouverture des Sommets Afrique – UE). Les Parlements européen et pan-africain ont des intérêts particuliers envers les Partenariats pour la Paix et la Sécurité, la Bonne Gouvernance et les Droits de l’Homme, le Commerce, l’Intégration et les Infrastructures régionales, et les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Les progrès enregistrés en mai 2009 dans le dialogue entre l’UE et la Société civile africaine ont été remarqués, de même que les premiers contacts établis entre le Comité directeur de la Société civile de l’UE et celui de l’UA (dans le cadre de l’ECOSOCC – Conseil économique, social et culturel de l’UA). Étant donné que les Ministres ont donné conjointement leur accord, les représentants des OSC et les Co-Chefs de file des Groupes d’Experts conjoints devraient rapidement mettre sur pied un dialogue efficace et des mécanismes de coopération entre eux, afin de s’assurer de la participation des deux parties au cours des prochaines réunions des Groupes d’ Experts conjoints. Les OSC ainsi que les représentants du Parlement européen seront eux aussi invités à la prochaine réunion de coordination de l’UE.

La question de l’engagement d’autres bailleurs internationaux et du secteur privé pourrait être débattue plus en détails ultérieurement. Les participants ont fait remarquer, lors de la réunion de coordination, que les dates retenues pour l’organisation du Forum UE – Afrique des Entreprises (du 24 au 26 septembre 2009 au Kenya) pourraient interférer avec le calendrier prévu pour l’Atelier sur les Ressources de la Stratégie conjointe et la réunion du Groupe de Travail conjoint élargi, qui devraient se tenir fin septembre. Les participants ont observé que le Forum UE – Afrique des Entreprises ne couvre pas toutes les nations africaines, mais seulement, à l’heure actuelle, les pays d’Afrique sub-saharienne.

La Commission et le Secrétariat ont été invités à élaborer une liste de contacts des Communautés économiques régionales (REC) dans l’optique de faciliter le rapprochement entre les REC et les Chefs de file de l’UE et de promouvoir la nouvelle approche, orientée sur un développement plus en profondeur du pan-africanisme, notion peu mise en avant dans les REC et les structures étatiques africaines. Les démarches auprès des REC reconnues par la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD), la CEDEAO, la CEEAC, la région COMESA, la SADC, la CAE et l’IGAD) ont été entreprises par les Chefs de Mission, sous la responsabilité de la Présidence tchèque. Toutes les Communautés économiques régionales ont répondu positivement. La SADC et la Région COMESA ont confirmé leur engagement à participer aux futurs Groupes d’Experts conjoints et discuteront de la Stratégie conjointe avec les Chefs de mission au cours du processus normal de dialogue politique. L’IGAD, la CEDEAO et la CEEAC désirent poursuivre les rencontres informelles avec les Chefs de mission au niveau local, afin d’identifier les futures priorités. La CAE et l’IGAD sont favorables au dialogue tripartite entre l’UE, l’UA et les REC. La région SADC a montré son intérêt particulier pour les Partenariats en faveur de la Paix et de la Sécurité, la Bonne Gouvernance et les Droits de l’Homme, le Commerce, l’Intégration et les Infrastructures régionales, et le Changement climatique. Deux autres Partenariats devraient encore être identifiés à l’avenir. La CEEAC s’est quant à elle intéressée plus spécifiquement aux domaines de la Paix et de la Sécurité, à la Bonne Gouvernance et aux Droits de l’Homme, à l’Énergie, à l’Environnement et aux Infrastructures. La région COMESA a jeté son dévolu sur l’Énergie, ainsi que sur le Commerce, l’Intégration et les Infrastructures régionales. La Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) a été la seule Communauté économique régionale à exprimer explicitement ses inquiétudes par rapport à la Stratégie conjointe UE – Afrique. Par ailleurs, la région COMESA a aussi demandé un délai pour clarifier son mandat conformément à la structure de l’UA.

Le cœur du débat résidait dans la manière d’affiner davantage les Feuilles de route de la mise en œuvre de la Stratégie. C’est en effet sur cette question que les Ministres avaient invité les Groupes d’Experts conjoints à agir urgemment. Il a été convenu que les Co-Chefs de file prendraient cette responsabilité à partir de maintenant et ce, jusqu’au prochain Groupe de travail étendu, prévu en septembre 2009 à Addis Abeba. Ces Groupes d’Experts mèneront tous les débats nécessaires avec le plan ITS de l’UE, les Groupes d’Experts conjoints, et leurs partenaires africains respectifs, afin de garantir l’achèvement de la mise en œuvre de toutes les parties des Feuilles de route : l’identification des activités, des acteurs et des échéances, y compris l’état des lieux actuel, les informations sur les activités planifiées et proposées couplées avec des implications financières claires, le traitement des lacunes, en garantissant l’équilibre entre les actions européennes et africaines par rapport aux Feuilles de route, et si possible, la cohérence entre les Groupes d’Experts conjoints où certaines questions thématiques se chevauchent. Il a été souligné que de telles Feuilles de route définissant une mise en œuvre conjointe doivent être considérées comme des documents en mutation permanente. Ceux-ci devraient être clairs et opérationnels.

Quant à la marche à suivre à l’avenir, la Commission a présenté une première ébauche conceptuelle du document de travail relatif à l’Atelier sur les ressources de la Stratégie conjointe et du premier Plan d’Actions. Ce document devrait contribuer à la présentation et à une meilleure compréhension de toutes les ressources humaines et financières accessibles et disponibles du côté africain et européen ; ce document se base sur les prévisions et les lignes directrices du Plan d’Actions de la Stratégie conjointe, sur lesquels les parties prenantes avaient donné leur accord au Sommet de Lisbonne en 2007. La rencontre préparatoire de l’UE a eu lieu le 22 juin 2009 à Bruxelles, alors que l’Atelier en lui-même se tiendra en septembre 2009 à Addis Abeba, enchaînant avec la prochaine réunion du Groupe de Travail conjoint élargi. L’importance de la participation des experts issus de Ministères compétents et des agences nationales de développement aux deux réunions a été mise en exergue.

La responsabilité principale des Co-Chefs de file des Groupes d’Experts conjoints au cours de la prochaine Troïka ministérielle UE – Afrique du 14 octobre 2009 consistera en l’évaluation à mi-parcours des Partenariats, conjointement avec leurs homologues respectifs. Ils s’attelleront à collaborer pour élaborer l’évaluation à mi-parcours pour le Deuxième Rapport intermédiaire annuel conjoint, qui sera ensuite soumis aux Ministres. Une telle évaluation à mi-parcours pourrait déjà prendre en compte le futur Sommet UE – Afrique (organisé trois fois par an), pour donner au deuxième Plan d’Actions de la Stratégie conjointe (2011-2013) une orientation dans la définition des priorités les plus appropriées.

Tous les Chefs de file de l’UE ont été invités à utiliser de manière proactive le Site Internet sur la Stratégie conjointe, en le mettant à jour régulièrement et en complétant le calendrier avec tous les événements à venir, en particulier les réunions des Groupes d’Experts conjoints. Cela permettra de donner une bonne visibilité concernant la Stratégie dans les médias et contribuera à une coordination plus flexible entre les parties prenantes de la Stratégie conjointe dans les capitales africaines et européennes, à Bruxelles, Addis Abeba et New York.

Lire la Note N°06 de la Présidence tchèque, destinée à tous les participants de la Stratégie conjointe UE – Afrique (pdf)


free web hit counter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :