Invitation du Conseil exécutif de l’UA à rédiger un texte sur l’Autorité de l’UA

Afin de faire face à la mutation de la Commission de l’UA en une Autorité de l’UA, les Chefs d’État et de Gouvernement de l’Union africaine ont demandé au Conseil exécutif de se rencontrer urgemment pour adopter un seul texte, au lieu des deux qui leur ont été proposés précédemment.

Les rapports publiés par le Moniteur de l’UA démontrent que la décision a été prise après un débat de quatre heures sur la question ayant divisé en deux camps les Chefs d’État et de Gouvernement. D’après des sources proches des acteurs du Sommet, ceux-ci ont fait part de leur impossibilité à délibérer sur la question, car deux textes différents leur avaient été soumis. En l’absence d’un rapport final sur les travaux effectués par le Conseil exécutif, Ali Triki, le Président du Conseil exécutif, Secrétaire des Affaires de l’UA auprès du Comité populaire libyen aux Affaires étrangères et à la Coopération internationale, a présenté un texte, reprenant les propositions émises par le Chef d’État libyen, Mouammar Kadhafi.

Ces propositions sont relatives aux compétences de l’Autorité, en matière de défense, de sécurité et de relations extérieures. En outre, il est souhaité que les pleins pouvoirs exécutifs soient donnés à l’Autorité, qui absorberait l’intégralité des autres organes de pouvoir. Néanmoins, ces propositions ne sont pas reprises dans le deuxième texte soumis aux délégations.

Selon les sources, après de longues discussions, la question était de savoir « sur quel texte nous devions nous fier pour faire face à la transformation de la Commission en une Autorité ». Finalement, les Chefs d’État et de gouvernements ont décidé de renvoyer les deux textes aux Ministres des Affaires étrangères, afin qu’ils harmonisent leurs positions.

Kadhafi, visiblement troublé, a déclaré aux Chefs d’État et de Gouvernement qu’il n’était pas en train de défendre les intérêts de son pays car, d’après ses dires, la Libye a des ressources suffisantes pour faire face aux défis du développement. Il s’est exprimé de la manière suivante : « Nous sommes proches de l’Europe et l’Union pour la Méditerranée nous courtise, mais nous restons profondément pan-africanistes ». Il a même prévenu : « Dans le cas où cette discussion échouerait, il ne participerait plus aux débats relatifs au Gouvernement de l’Union ».

free web hit counter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :