Les dirigeants africains se mettent d’accord sur la création de l’Autorité de l’Union africaine (UA)

Selon le Moniteur de l’UA, les dirigeants africains se sont mis d’accord sur la création d’une Autorité de l’Union africaine (UA), dont un Président sera à la tête.

Cette Autorité disposera d’un rôle plus accru pour coordonner les politiques en matière d’affaires étrangères, de commerce et de défense au sein du continent.

Mais l’Autorité de l’UA n’entrera en vigueur que lorsque les 53 États africains auront ratifié le traité amendé de l’UA, connu sous le nom d’Acte constitutif. L’accord a été trouvé après plusieurs heures de délicates discussions, marquées par le retrait brutal de certains dirigeants ; les détails sur le fonctionnement de la nouvelle Autorité doivent cependant encore être élaborés. Alors que les dirigeants africains s’étaient battus pour sauver l’accord sur la formation de l’Autorité de l’UA, une tentative a eu lieu pour introduire la mise sur pied d’un Conseil africain de la Défense ; les discussions se sont alors animées, car les dirigeants se sont opposés pour décider si un Conseil africain de la Défense devait remplacer ou pas le Conseil de Paix et de Sécurité.

Au final, les dirigeants se sont mis d’accord pour transformer l’actuelle Commission de l’UA en une Autorité, démarche synonyme de premier pas vers la formation d’un Gouvernement des États Unis d’Afrique. Cette question a d’ailleurs divisé les Chefs d’État depuis le débat de fond sur la Déclaration d’un Gouvernement africain, initié en 2005.

D’après les diplomates, l’accord obtenu permettra aux États africains, pour une période de six ans minimum, de consulter avant de s’engager à se soumettre à la tutelle de l’Autorité de l’UA, nouvellement créée. « Ils se sont mis d’accord pour créer cette Autorité et pour que les États disposent de six ans pour prendre de plus amples consultations auprès de leurs Parlements respectifs », a ajouté un diplomate kenyan, témoignant sous le couvert de l’anonymat à l’Agence de Presse pan-africaine (APPA).

Les dirigeants africains sont restés pour approfondir le débat sur la proposition d’établir un Conseil africain de défense, une question ayant opposé deux camps lors de la 13ème Session de l’Assemblée des Chefs d’État et de Gouvernement de l’Union africaine à Syrte, alors que les discussions étaient censées se focaliser sur l’agriculture. Selon les sources, les Chefs d’État africains ont insisté sur le fait que la création d’un Conseil de Défense irait à l’encontre du traité instaurant le Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA. La proposition a finalement été abandonnée.

Le débat s’est envenimé lorsqu’il a fallu déterminer la manière de créer l’Autorité de l’UA ; la question de savoir si cette Autorité affecterait la souveraineté des divers États-Membres de l’UA a également soulevé des divergences.

free web hit counter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :