L’Union pour la Méditerranée du Président Sarkozy actuellement à l’arrêt

Le Projet d’Union est gelé et le restera sans aucun doute, à moins que les Chefs d’Etat arabes, dont la prochaine rencontre aura lieu au Sommet du Qatar à la fin de ce mois, ne décident de le raviver. Mais selon Patrick Seale, M. Sarkozy n’est pas prêt d’abandonner son projet.

Il n’y a pas de doute, le plan grandiose de Nicolas Sarkozy en vue d’une Union pour la Méditerranée a connu de sérieux tourments. Bien que ce plan ait été inauguré en grandes pompes et devant 43 Chefs d’Etat à Paris le 13 juillet dernier, il a fini par trébucher à force de rencontrer des problèmes politiques persistants.

Parmi ces problèmes, le pire obstacle provient du feu qui couve sous le conflit israélo-arabe. La situation s’est enflammée soudainement en décembre et en janvier quand Israël a lancé un assaut tous azimuts sur Gaza. Cette guerre a forcé l’Egypte à demander la suspension formelle de toutes les rencontres prévues dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée. Aucune réunion n’a eu lieu depuis décembre dernier. Pour le moment, au moins, le monde arabe ne veut plus avoir à faire avec Israël. Le projet d’Union est gelé et le restera sans aucun doute, à moins que les Chefs d’Etat arabes, dont la prochaine rencontre aura lieu au Sommet du Qatar à la fin de ce mois, ne décident de le raviver.

Mais le Président français est loin d’abandonner. Le Projet d’Union est central dans sa diplomatie mondiale. Son slogan est le suivant : « Le futur de l’Europe se trouve au Sud ». Le week-end passé, deux hauts émissaires du Palais de l’Elysée ont voyagé jusque Monaco, portant le message selon lequel, malgré les reculs certains, l’Union pour la Méditerranée est toujours en vie et en voie de concrétisation.

L’audience à laquelle les émissaires du Président Sarkozy se sont présentés s’est déroulée au Club de Monaco, une réunion prestigieuse d’Hommes d’Etat internationaux et de penseurs, qui se rencontrent une fois par an pour discuter des problèmes de la Méditerranée sous la présidence de Boutros Boutros-Ghali, l’ancien Secrétaire général des Nations unies, et de Claude de Kémoularia, un ancien banquier et ambassadeur de France. M. Kémoularia, charismatique et d’un enthousiasme débordant, a depuis neuf ans fait du Club de Monaco un forum-débat indépendant et influent.

Cependant, la décision de l’Egypte de demander un gel des rencontres de l’Union pour la Méditerranée est significatif. Bien que d’une part le Président Hosni Moubarak co-préside le Projet d’Union avec Nicolas Sarkozy, et d’autre part l’Egypte est elle-même en paix avec Israël, le Président Moubarak a clairement perçu qu’il n’avait pas d’autre choix que de s’incliner face à l’opinion publique égyptienne, et par extension à l’opinion arabe, furieuse de la guerre de destruction lancée par Israël.

Le Projet d’Union pour la Méditerranée est une victime de plus du militarisme sauvage et extrêmement peu judicieux d’Israël, qui au final n’atteint aucun objectif, si ce n’est la destruction de Gaza et la montée en flèche d’une haine furieuse à l’encontre de l’Etat juif.

Un autre obstacle politique au projet de l’Union pour la Méditerranée, bien que plus petit mais tout de même significatif, réside dans le conflit qui régit les relations entre l’Algérie et le Maroc sur le Sahara occidental. L’objectif d’une Union arabe du Maghreb est devenu une coquille vide. La frontière entre ces deux pays poids-lourds d’Afrique du Nord reste fermée. Bien que les deux pays tentent d’estomper leurs dissensions, aucune discussion n’est possible sur des projets méditerranéens conjoints. Christophe Ross, émissaire envoyé par les Nations unies disposant d’une grande maîtrise de l’arabe, a beau essayer de pousser les deux pays vers un compromis, il reste de grands obstacles à franchir avant d’arriver au but.

Comme tout le monde le sait, l’Union pour la Méditerranée proposée par Nicolas Sarkozy n’est que la relance du Processus de Barcelone, au destin malheureux. Celui-ci avait pris l’eau car il était vu comme un moyen pour le Nord d’imposer ses diktats aux pays du Sud de la Méditerranée. Lorsqu’il a été lancé en 1995, l’objectif officieux du Processus de Barcelone était de protéger l’Europe du terrorisme provenant du Moyen-Orient et de repousser les migrations du Sud, tandis que l’Europe cherchait à protéger son agriculture de toute concurrence.

Cette fois, la philosophie est plus largement acceptable. L’objectif est de faire collaborer le Nord et le Sud sur base d’une équité complète en vue de mettre en œuvre des projets spécifiques et d’intérêt vital pour les deux parties, notamment en ces temps où le changement climatique pourrait amener des conséquences catastrophiques. Les perturbations financières mondiales ont renforcé l’urgence du besoin d’actions concertées.

Les projets actuellement discutés incluent la gestion rationnelle des rares ressources en eau, le développement de l’énergie solaire et des autres énergies renouvelables, la promotion du développement durable, la dépollution, bien utile, de la Mer Méditerranée, la protection des eaux souterraines, l’établissement de routes maritimes, la promotion de la formation supérieure et de la recherche scientifique, la construction de parcs industriels de haute technologie. Il s’agira par-dessus tout d’identifier des projets spécifiques, pays par pays, et d’arriver à mobiliser des fonds, à la fois publics et privés, pour les mettre en œuvre.

Avant la suspension que l’on connaît en décembre dernier, des rencontres régulières entre experts avaient lieu et des progrès avaient sans aucun doute été enregistrés. Les préparations sont toujours en cours concernant la mise sur pied d’une importante conférence ministérielle sur le développement durable qui devrait avoir lieu début juin à Monaco. Un Secrétariat de l’Union pour la Méditerranée devrait être installé à Barcelone, bien que celui qui en prendra la tête n’ait pas encore été désigné.

Une rencontre au sommet des Chefs d’Etat de l’Union méditerranéenne se tiendra au cours du premier semestre 2010, sous la Présidence espagnole de l’UE. Beaucoup d’observateurs pensent que les 18 prochains mois seront cruciaux pour l’avenir du rêve de Sarkozy.

Le souci provient du fait que la philosophie projet par projet du Président français a soulevé la controverse. Certains voient cette Union comme un projet exclusivement français, visant à promouvoir les intérêts et les objectifs de la France. Comme preuve, ils pointent du doigt que plusieurs Etats européens trainent des pieds. Les Arabes ont tendance à assimiler cette Union à une ruse pour promouvoir la normalisation avec Israël, sans qu’Israël ne fasse preuve d’aucune concession politique. Ils préféreraient un partenariat entre l’Union européenne et le monde arabe, laissant Israël de côté tant qu’il n’accepte pas la paix.

Malgré le fait qu’il y ait un réel effort, mené par les Etats-Unis, cette année, en vue de résoudre le conflit israélo-arabe, et bien que certains projets économiques montrent déjà des bénéfices pour les gens du peuple, le danger est que l’Union pour la Méditerranée du Président Sarkozy en reste à l’état de rêve. Peut-être que la difficulté majeure de l’Union est de contrer le sentiment de désespoir qui prévaut actuellement, que ce soit chez les populations atteintes de plein fouet par la pauvreté, ou bien opprimées par la tyrannie ou encore détruites par les bombes, comme c’est le cas à Gaza.

Patrick Seale est un écrivain britannique majeur sur les questions du Moyen-Orient. Il est notamment l’auteur de : ‘The Struggle for Syria’ ainsi que ‘Asad of Syria: The Struggle for the Middle East’ et ‘Abu Nidal: A Gun for Hire’.


free web hit counter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :