Huitième Groupe de travail conjoint UE-Afrique (17 et 18 mars 2009), avec la participation des Chefs de file africains et de l’UE des huit partenariats

Les 17 et 18 mars 2009, s’est tenue à Bruxelles la réunion du 8ème Groupe de travail conjoint UE-Afrique. Pour la première fois, les Chefs de file africains et européens des huit partenariats étaient présents.

Selon le Communiqué conjoint diffusé aujourd’hui sur le site officiel de la CE et de la CUA, la réunion avait les objectifs principaux suivants :

a) améliorer la coopération, la coordination et les synergies parmi les « acteurs-clés » de la Stratégie conjointe et débattre efficacement des questions transversales ;
b) améliorer la coopération institutionnelle et le renforcement des capacités entre les Commissions de l’UE et de l’UA ;
c) préparer la prochaine discussion de la Troïka ministérielle, prévue le 28 avril 2009, relative à la Stratégie conjointe ;
d) accélérer l’obtention de résultats concrets en 2009, année qui marquera le moitié du chemin pour le Plan d’actions.

En ce qui concerne la vaste coopération institutionnelle et administrative entre les deux Commissions, des progrès réguliers et accrus ont été remarqués, notamment dans les domaines suivants : formation et échange de personnel, gestion efficace des ressources financières et humaines, audits et prévisions budgétaires, efficience de la communication interne et externe, technologie de l’information, gestion des conférences, services de traduction et de documentation. Les deux Commissions se sont mises d’accord pour consolider le Plan d’actions, y incorporant tous les aspects de la coopération administrative, et mettre en place les conditions nécessaires en vue d’améliorer davantage leur partenariat dans ces domaines.

Au niveau des questions transversales liées à la Stratégie conjointe et au premier Plan d’actions, le besoin de progrès globaux rapides a été souligné lors de la réunion, pour que des résultats tangibles soient atteints dans les huit partenariats thématiques et que la coopération soit plus efficace au niveau des actions concrètes. Pour les personnes présentes à cette réunion, la Stratégie conjointe est un cadre politique ambitieux et une plate-forme permettant d’améliorer le dialogue politique, qui devrait d’ailleurs être mieux exploité par les différents participants. Dans ce contexte, la nature forfaitaire de la Stratégie conjointe et la nécessité d’une plus large appropriation ont été mises en exergue. Les contributions des deux Commissions et des Co-Présidents des GEC en tant qu’acteurs essentiels de la Stratégie conjointe ont été reconnues. Les Comités économiques des régions, les partenaires internationaux, ainsi que le secteur privé et les autorités locales, ont été invités à s’impliquer davantage dans l’optique de s’assurer une large participation géographique. Il a enfin été recommandé par les participants à la réunion que les Co-Présidents des Groupes d’experts conjoints ainsi que les autres membres tendent activement la main à ces acteurs.

Il a été rappelé, au cours de la rencontre, la nature du Partenariat stratégique UE-Afrique, « centrée sur les personnes ». La volonté du Parlement européen (PE), du Parlement pan-africain (PAP) et de la société civile de participer activement à la mise en œuvre de l’Agenda de Lisbonne a donc été bien suivie. De même, un accueil chaleureux a été réservé à la récente proposition conjointe émanant du PE et du PAP, et il a été recommandé qu’elle soit mise en application durant la prochaine Troïka ministérielle, comme base de travail pour le futur.

La rencontre a également souligné favorablement les progrès atteints dans la participation des sociétés civiles africaine et européenne dans les huit partenariats thématiques, et a recommandé leur implication rapide dans le travail des Groupes d’experts conjoints, conformément à l’architecture institutionnelle mise au point à Lisbonne.

Au cours de la rencontre, ont été reçus les rapports reflétant les progrès substantiels, les défis et marches à suivre pour les huit partenariats thématiques du premier Plan d’actions. Des informations détaillées sont disponibles dans le rapport du 8ème Groupe de travail, qui sera publié sur le site Internet du Partenariat (www.africa-eu-partnership.org).

Dans le domaine de la communication, de l’information et de la visibilité, la réunion a accueilli favorablement la mise sur pied d’un site Internet commun sur le Partenariat UE-Afrique et les progrès obtenus dans le développement de la section Intranet. La réunion a souligné la nécessité de publier des documents pertinents en temps et heure sur le site Internet destiné à cet effet, afin de promouvoir un meilleur accès à l’information, ainsi qu’une plus large appropriation et participation. La rencontre a aussi souligné la nécessité d’un travail continu entre les rencontres des Groupes d’experts conjoints, et a invité tous les Groupes d’experts conjoints à faire un meilleur usage de l’espace de travail Internet dévolu à cet effet.

La préparation de la Troïka ministérielle du 28 avril 2009 a aussi été discutée. A ce propos, la réunion a rappelé l’exigence politique de fournir très rapidement des feuilles de route claires et concises pour les huit partenariats thématiques, identifiant les résultats concrets, les chronogrammes et les acteurs. Ces plans de travail seront rédigés sous la direction des Co-Présidents des Groupes d’Experts conjoints, et seront soumis comme document de travail pour aval par la Troïka ministérielle.

La rencontre a noté la requête de l’UA de tenir rapidement un atelier sur les aspects liés au financement de la Stratégie conjointe et du Plan d’actions, pour lequel l’UE a donné son accord de principe. Il a été souligné que de plus grands progrès requièrent un engagement conjoint et durable, afin que puissent être fournis les résultats politiques et opérationnels nécessaires et que les financements appropriés soient garantis. Dans ce contexte, la réunion a souligné que les feuilles de route avalisées faciliteront les discussions, en toute connaissance de cause, sur les déficits possibles de ressources, y compris les moyens financiers. Il a été recommandé que la prochaine Troïka ministérielle avalise l’organisation de cet atelier fin mai 2009, et il a été accepté que les deux Commissions commencent à prendre les dispositions nécessaires à cet effet.

Au cours de la rencontre bilatérale entre le DG Manservisi et l’Ambassadeur Shinkaiyé, les discussions ont évoqué la mise en œuvre de la Stratégie conjointe, l’atelier sur le financement de la Stratégie conjointe, le besoin d’améliorer l’appropriation des Etats-membres de l’UE et d’Afrique ainsi que des Centres économiques régionaux dans le processus de mise en œuvre, la juridiction universelle et le financement du procès Habré, la future révision à mi-parcours du Programme d’Appui aux institutions de l’UA (55 millions d’euro) et la rencontre du G-20 programmée le 2 avril 2009 à Londres.

En conclusion, la rencontre a accueilli favorablement le nouveau format de ce Groupe de travail conjoint Afrique-UE, et a souligné le besoin d’établir un Groupe de travail conjoint comme organe de coordination efficace pour le Partenariat stratégique, rassemblant les acteurs-clés du Plan d’action, dans l’optique d’approfondir la coopération, d’identifier les synergies, d’aborder les nouveaux défis et opportunités et de discuter efficacement des questions transversales.


free web hit counter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :