Position récente préparée par la CSE, la CSI et la CSI Afrique sur la Stratégie conjointe UE-Afrique

La CSE, la CSI et la CSI Afrique ont mis au point une position récente concernant la Stratégie conjointe UE-Afrique.

Les 26 et 27 octobre 2007, à l’initiative de la Confédération syndicale européenne (CSE) et de ses affiliés portugais, plusieurs dizaines de syndicats africains et européens ont rejoint la Confédération syndicale internationale (CSI), la CSI Afrique et la CSE à Lisbonne pour le 1er Sommet syndical UE-Afrique. Notre travail a débouché sur une Déclaration syndicale, transmise ensuite aux Chefs d’Etat et de Gouvernement présents au Sommet de Lisbonne de décembre 2007.

Un an après le sommet, le mouvement syndical européen, africain et international est inquiet du manque de signes probants par rapport aux progrès nécessaires soulevés dans les requêtes de Lisbonne. La CSE, la CSI et la CSI Afrique apprécient le travail entrepris avec les organisations de la société civile, notamment à Bruxelles, mais elles sont toutes d’accord pour constater qu’au jour d’aujourd’hui il n’y a eu que très peu d’informations diffusées à propos de la mise en œuvre de la Stratégie dans l’UE et en Afrique. Elles sont également d’accord sur le fait que l’engagement de la société civile a été trop faible depuis le Sommet de Lisbonne. Le mouvement syndical européen et international, ainsi que la CSI Afrique, le regrettent, car la consultation et la participation de la société civile sont vitales dans le contexte actuel. Néanmoins, la mise sur pied de Groupes d’Experts conjoints est vue comme un signe encourageant.

La situation au niveau social, notamment en ce qui concerne l’emploi, s’est détériorée de manière significative depuis le Sommet de Lisbonne, et les perspectives sont loin d’être prometteuses. La combinaison de plusieurs crises de grande envergure (financière et économique, nutritionnelle et environnementale) a un impact socio-économique dont les effets réels doivent encore être quantifiés de manière précise. En 2008, des milliers de travailleurs issus de divers pays africains sont descendus dans la rue pour exprimer leurs frustrations et leurs angoisses suite à la crise alimentaire et exiger des solutions. En attendant, le Bureau International du Travail prévoit que 51 millions de postes vont disparaître à l’échelle mondiale cette année, y compris des milliers en Europe et en Afrique. Cette catastrophe ne fera qu’accentuer davantage les disparités et le fossé qui existe entre le développement de l’Afrique et celui de l’Europe. Cette situation démontre bien à quel point le partenariat est essentiel pour renforcer la démocratie, la paix et le développement, tout en reconnaissant complètement l’asymétrie existante dans les relations entre l’Afrique et l’UE.

Dans la Communication de la Commission du Conseil et du Parlement européen, ainsi que dans le document de travail annexé (17 octobre 2008) est présenté un nombre de propositions ; elles sont à relier à des initiatives spécifiques relatives à l’aide au développement de l’UE. Bien que ces propositions répondent à certaines questions faisant partie de nos requêtes, l’approche générale adoptée ainsi que les lignes directrices associées sont assez éloignées de la Déclaration du Sommet syndical de Lisbonne, tenu en octobre 2007.

Lire le texte intégral – pdf (seulement disponible en anglais)


free web hit counter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :