Réunion informelle des ministres chargés de la Coopération au développement

Les 29 et 30 janvier a eu lieu au Centre des congrès de Prague, dans le cadre de la présidence tchèque, la réunion informelle des ministres de l’UE chargés de la Coopération au développement. Les discussions ont été menées par l’adjoint au ministre tchèque des Affaires étrangères, Jan Kohout, qui en avait été chargé par son ministre, Karel Schwarzenberg.

Parmi les principaux sujets à l’ordre du jour ont figuré :

L’accès à des sources d’énergie durables au niveau local. L’accès aux sources d’énergie est une condition primordiale au démarrage des activités économiques et à la lutte contre la pauvreté dans les pays en voie de développement. Des sources d’énergie décentralisées, telles que l’énergie solaire, l’énergie éolienne ou la biomasse, peuvent être bénéfiques particulièrement dans des régions géographiques difficilement accessibles. La diffusion de ces technologies contribue en même temps au développement durable et à la protection de l’environnement. C’est pourquoi les ministres se pencheront sur les moyens par lesquels l’Union européenne pourrait faciliter l’accès aux sources d’énergie durables au niveau local dans le cadre des initiatives existantes.

Le soutien d’une gestion démocratique des affaires publiques. Pour limiter la pauvreté et favoriser le développement, un soutien plus important et plus efficace n’est pas, en lui-même, suffisant. Les pays en voie de développement eux-mêmes sont les premiers responsables de leur sort. Il est donc important d’assurer le soutien à une administration publique de qualité dont les principes sont notamment ceux du respect de la démocratie et des Droits de l’Homme, une gestion efficace et un État de droit, ainsi que le rôle de la société civile et des parlements. Les ministres se consacreront à l’évaluation des initiatives de l’UE prises pour le soutien de la gestion démocratique dans le cadre de la coopération au développement, et ils discuteront des moyens de les renforcer.

L’impact de la crise financière sur les pays en voie de développement. Bien que la crise financière n’ait pas, pour le moment, trop affecté les pays en voie de développement, ses répercutions dans le domaine de l’économie réelle seront considérables, qu’elles résultent du ralentissement des échanges commerciaux ou de la diminution de l’afflux des investissements privés. Dans ce contexte il est d’autant plus important que l’Union européenne et les autres pays développés fassent honneur à leurs engagements en matière d’aide au développement tant du point de vue quantitatif que du point de vue qualitatif (efficacité de l’aide). Les ministres étudieront par ailleurs les possibilités de prendre en compte, dans le cadre des débats en cours sur la réforme de l’architecture financière internationale, les aspects relatifs au développement, y compris la possibilité d’accorder un poids plus important à la voix des pays en voie de développement.

Figureront également à l’ordre du jour de cette réunion entre autres le débat sur la situation humanitaire actuelle dans la Bande de Gaza, et la discussion consacrée à la coopération de l’UE avec les partenaires d’Europe de l’Est.

free web hit counter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :