Blog sur la participation des OSC à la stratégie commune UE-Afrique

Le site web commun de l’UE et l’UA a lancé un nouveau blog où la participation des OSC dans la stratégie commune UE-Afrique est le thème principal et peut être discuté activement. Il est demandé : comment considérez-vous la participation de la société civile face à la mise en œuvre du partenariat Afrique-UE? Que faut-il renforcer dans le rôle de la société civile? Quel est le meilleur moyen de faire participer la société civile dans la mise en œuvre de la stratégie commune UE-Afrique?

Pourquoi collaborer avec la société civile?

Alors que les gouvernements des pays en développement mettent en œuvre leurs propres stratégies de réduction de la pauvreté, il est nécessaire de donner aux citoyens les moyens de faire pression sur leurs gouvernements par rapport à leurs engagements.

Les Organisations de la société civile ont quatre caractéristiques principales:
• elles sont établis volontairement par les citoyens qui cherchent à partager leurs préoccupations, valeurs ou identités;
• elles sont organisés autour de la promotion d’une question ou d’intérêts d’une partie spécifique de la société;
• elles sont indépendantes de l’Etat et des pouvoirs publics;
• elles ne visent pas à optimiser les profits.

Le partenariat UE-Afrique est « un partenariat basé sur les citoyens « , où les organisations de la société civile et d’autres acteurs non étatiques des deux continents sont invités à jouer un rôle clé dans la mise en œuvre et le suivi de la stratégie UE-Afrique et de son premier plan d’action, y compris en prenant part à la Commission paritaire de groupes d’experts, mis en place pour les 8 domaines thématiques prioritaires du plan d’action, sur la base de leur expertise et leur engagement.

La société civile a
• un rôle crucial à jouer dans le renforcement et la représentation de la voix des pauvres dans la formulation des politiques à un niveau local et national.
• un rôle à jouer dans l’amélioration des services de l’Etat à travers le suivi, en exigeant la transparence et la responsabilité, et en veillant à l’accès total aux services.
• une voix pour les collectivités et permet d’assurer qu’elles rendent compte de leurs activités, tout comme gouvernements. Les prises de position de la société civile contribuent à résoudre les conflits et à développer une forme de sensibilisation.
• un rôle de plaidoyer à l’échelle mondiale. Le succès des campagnes sur les mines terrestres et la force croissante de la coalition autour des questions commerciales en témoigne.

Agir au niveau local pour un succès mondial

Les organisations de la société civile sont plus proches du terrain et ont des répercussions directes dans la vie quotidienne des citoyens. Par exemple, avec ses 45 partenaires en Afrique, SOS Faim soutient les actions de ses partenaires dans le monde en développement, y compris de nombreuses organisations d’agriculteurs. En Érythrée, par l’intermédiaire du Ministère de l’Agriculture, un soutien est accordé aux petites associations d’agriculteurs pour l’irrigation des projets qui exploitent les eaux de crue. Au Burkina Faso, la Fédération nationale des Groupes NAAM (FNGN) s’emploie à établir un programme de sécurité alimentaire grâce à l’installation de greniers alimentaires dans les villages.

L’Union européenne a introduit un nouveau programme de développement, en encourageant les acteurs non étatiques et les autorités locales à s’impliquer davantage dans les questions de développement. Entre 2007 et 2013, il disposera d’un budget de € 1,6 millions par an.

Le programme de l’UA pour l’intégration de la société civile dans tous les domaines d’activités, y compris ses divers partenariats, est plus large. Il est fondé sur l’engagement de l’Acte constitutif de l’Union de mettre en place une Union fondée sur le partenariat entre les gouvernements et tous les segments de la société civile. En conséquence, l’UA a créé un Parlement élu de la société civile au, le Conseil économique, social et culturel, un important organe consultatif de l’Union. Depuis la création du partenariat UA-UE, l’Union africaine par le biais de la Citoyenneté et de sa diaspora Direction CIDO, a organisé plusieurs consultations UA-OSC en vue d’élaborer l’ordre du jour et la mise en œuvre du programme. La consultation a également élu un comité de direction qui travaillera avec l’ECOSOCC afin de soutenir l’agenda africain et la responsabilité dans le cadre du partenariat.

En savoir plus sur la participation des OSC à la Stratégie commune UE-Afrique et télécharger tous les documents pertinents – html

free web hit counter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :