Selon le Commissaire au Développement de l’UE, les pays riches devraient en faire davantage pour les pays pauvres

Lundi a eu lieu la Cérémonie d’ouverture du CIGEM, le nouveau Centre d’Information et de Gestion des Migrations, à Bamako (Mali). A cette occasion, Louis Michel, le Commissaire européen en charge de la Coopération au Développement, a dit que les pays riches devraient faire davantage en faveur des pays pauvres, vu la crise financière mondiale, l’augmentation des prix du pétrole et le changement climatique.

Pour Louis Michel, interrogé par l’AFP dans la capitale malienne, il est évident que tous les défis auxquels le monde doit faire face actuellement, tels que le changement climatique, la crise financière, l’augmentation du prix de l’énergie, rendent la situation encore plus dramatique pour les pays les plus pauvres.

Pour l’ancien Ministre belge de la Défense, la crise actuelle signifie que les pays développés devraient faire un effort plus important pour aider les plus pauvres.

Louis Michel a ajouté que son souhait était devenu réalité… En effet, les budgets alloués au 10ème FED (Fonds européen de développement) ont augmenté de 35% par rapport au 9ème FED.

Lors de l’ouverture du CIGEM, Brice Hortefeux, le Ministre français de l’Immigration, a fait part de la vision de l’Union européenne. Celle-ci espère que de tels centres d’information ne feront pas qu’infléchir l’expansion de l’immigration illégale, mais qu’ils permettront également d’aider ceux qui désirent rejoindre l’Europe légalement.

Il a d’ailleurs expliqué que « ce centre nous permettra de travailler sur tous les volets de la question : faciliter les migrations légales et informer les migrants désireux de faire régulariser leur situation ; montrer aux gens quels sont les risques liés à l’immigration illégale et nous battre contre celle-ci ».

« L’immigration illégale est un rêve sauvage, un empressement vers un Eldorado qui n’existe plus », a-t-il mis en garde.

Amadou Toumanu Toure, le Président malien, s’est pour sa part exprimé en déclarant que « le Mali et la France devront trouver des solutions à leurs problèmes communs ».

« Disons-le franchement », a-t-il ajouté, « une solution orientée à 100% vers l’option sécuritaire n’est pas réaliste, mais une solution 100% humanitaire ne l’est pas non plus. Le vrai problème c’est de trouver du travail pour les jeunes ».

Selon Louis Michel, le Commissaire de l’UE en charge du Développement et de l’Aide humanitaire, la création de ce centre vise à promouvoir une meilleure image de l’émigration.

« Ce centre est un pont qui relie l’Afrique à l’Europe et qui devrait permettre d’éviter que continuent les voyages en pirogues qui ont déjà causé des milliers de morts », a-t-il surenchéri, en se référant aux traversées, souvent fatales, tentées par les candidats à l’immigration.

D’après un Sénégalais, témoin de l’ouverture du Centre et ayant séjourné illégalement en Europe, ce centre est le symbole que les gens comme lui n’ont pas été oubliés.

“Pour moi, la construction d’un centre comme celui-ci montre que l’Europe et l’Afrique sont d’accord pour dire que les deux continents doivent penser à ceux qui vivent notre situation », a déclaré cet homme, dont le témoignage est resté anonyme.

Le CIGEM, Centre pour l’Information et la Gestion des Migrations, résulte de la coopération entre le Gouvernement malien, et plus particulièrement le Ministre en charge des Maliens expatriés et de l’Intégration africaine et la Commission européenne, et a pour mission de faire face aux phénomènes migratoires ».

L’objectif du Centre est d’aider le Mali à définir une politique migratoire nationale répondant aux interrogations des migrants potentiels, des migrants revenant au pays et des migrants résidant hors du Mali. Ce centre sera donc un guichet unique où seront délivrées les informations et les directives à l’égard des migrants.

Les tâches qui incombent au Centre sont les suivantes :
– accueil et service d’information, orientation et appui aux migrants potentiels et à ceux de retour au pays (dans les domaines de la mobilité des travailleurs et de l’intégration internationale et nationale des marchés du travail) ;
– mise à disposition d’informations sur les aspects juridiques des migrations et conscientisation de la population pour empêcher les migrations illégales ;
– renforcement du rôle de la diaspora dans le développement du Mali, entre autres en explorant les possibilités de réduction des coûts afférents au transfert de fonds vers le Mali ;
– amélioration des connaissances relatives au phénomène migratoire.

Le Centre dispose d’un budget opérationnel de 10 millions d’euros pour la période 2007-2011.

Lire l’intégralité de la description – pdf

Site Internet officiel– html


free web hit counter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :