Le Partenariat trilatéral : l’UE cherche à collaborer avec la Chine en Afrique

Selon l’Agence de Presse Reuters, l’Union européenne et la Chine mettent de côté leur rivalité en Afrique et travailleront ensemble pour développer les infrastructures et garantir la bonne gestion des ressources naturelles.

L’Europe est confrontée à une rude compétition de la part de la Chine, friande de ressources, et qui a investi des milliards de dollars afin de s’assurer des matières premières et de construire des infrastructures.

La Commission européenne s’est exprimée mercredi en disant que ‘l’Afrique, la Chine et l’Union européenne devraient travailler ensemble, de manière flexible et pragmatique, afin d’identifier et de faire face à un certain nombre de domaines où une coopération trilatérale serait pertinente ».

“Les trois partenaires peuvent se regrouper autour d’intérêts communs et discuter des défis mondiaux tout en poursuivant leurs coopérations bilatérales », est-il inscrit dans une liste de propositions à l’attention des gouvernements de l’UE et des hommes de loi. L’UE et la Chine devraient entamer leur coopération en Afrique par le biais de projets concrets et de stratégies communes sur les infrastructures, et également travailler ensemble sur le renforcement des capacités en matière de paix et de sécurité, a ajouté un membre exécutif de l’UE.

Celui-ci a ensuite déclaré que « les infrastructures sont la colonne vertébrale dans le développement, le commerce et les investissements ; développer des stratégies communes et améliorer les synergies entre l’Afrique, l’UE et la Chine aideront à rencontrer les énormes besoins de l’Afrique en matière d’infrastructures et à fixer des objectifs communs ».

Cette semaine, un rapport de la Banque Goldman Sachs, rédigé par l’Economiste Dambisa Moyo, a estimé que 12 pays africains clés auraient à eux seuls besoin de plus de 1000 milliards de dollars sur les 40 années à venir, afin de rencontrer leurs besoins en investissements au niveau des infrastructures.

LES INVESTISSEMENTS CHINOIS MONTENT EN FLECHE

La Chine, quatrième puissance économique mondiale et deuxième pays consommateur en ressources énergétiques à l’échelle planétaire, a massivement injecté des investissements en Afrique, offrant régulièrement de construire des routes, en échange d’accès aux ressources pétrolières et minérales. Cette année, la Chine a signé un accord de 9 milliards sur les mines et les infrastructures avec la République démocratique du Congo, alors que la Banque mondiale estime que les financements qu’elle a accordés à l’Afrique au cours de la période 2001-2003 a atteint le pic d’un milliard de dollars par an, pour les projets liés aux routes, aux chemins de fer et aux usines de transformation de l’énergie.

Les analystes s’attendent à ce que la crise financière mondiale amenuise les investissements étrangers en Afrique et les liens traditionnels que l’Afrique maintient avec l’Occident, mettant alors encore plus en avant la Chine et les autres marchés émergeants. La Commission européenne suggère que la Chine et les 27 nations de l’UE collaborent pour assurer à l’Afrique « une gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles, ce qui est essentiel à une croissance durable, à la lutte contre le changement climatique et aux intérêts commerciaux mutuels ».

La CE indique également que l’UE et la Chine devraient travailler conjointement avec l’Union africaine pour combattre le changement climatique et encourager l’utilisation des énergies renouvelables.
Elle propose également de coopérer pour améliorer la productivité du secteur agricole. Les critiques occidentales accusent la Chine d’à peine regarder aux questions de gouvernance et de Droits de l’Homme, et d’avoir un carnet diplomatique seulement orienté vers les ressources pétrolières et minières, ce qui pourrait replonger le continent pauvre dans une nouvelle spirale d’emprunts insoutenable.

Néanmoins, certains dirigeants africains disent que la Chine est un partenaire moins intrusif que l’UE et qu’elle fournit rapidement ce qu’elle a promis. L’Afrique, l’UE et la Chine devraient organiser des réunions conjointes pour coordonner leurs stratégies, selon l’opinion d’un membre exécutif de l’UE. D’après la Commission européenne, l’UE et la Chine sont respectivement les premier et troisième partenaires commerciaux et sources d’investissement au sein de l’Afrique.

Le commerce entre la Chine et l’Afrique a atteint 74 milliards de dollars sur les huit premiers mois de l’année, soit une augmentation de 62% par rapport à l’année précédente. Les relations commerciales entre l’Afrique et l’UE ont quant à elles rapporté 112 milliards d’euros au cours des cinq premiers mois de 2008.


free web hit counter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :