Agir de concert contre le changement climatique » – Anders Wijkman

La solution pour éviter une catastrophe climatique mondiale serait de créer une « Alliance pour une politique climatique responsable » entre l’Union européenne et les pays en voie de développement. C’est en tout cas ce à quoi aspirent les députés européens après avoir voté la semaine dernière en faveur du rapport de M. Anders Wijkman sur la question. Le PE a rencontré avec lui pour faire le point sur le climat.

En adoptant votre rapport, le Parlement européen soutient l’initiative d’une « Alliance pour une politique climatique responsable » entre l’Union européenne et les pays en voie de développement. Quelle sera sa mission?
M. Anders Wijkman (Suédois, membre du PPE-DE): Le but principal est que nous reconnaissions que le changement climatique aura des conséquences à travers le monde et qu’il affectera davantage les pays les plus pauvres en raison de leur situation géographique. Ils connaîtront des événements météorologiques plus extrêmes, davantage de sécheresse et d’inondations et devront faire face à de plus grandes difficultés agricoles.

Dans certains endroits, comme par exemple dans le Sud du Bangladesh, les gens devront partir car le niveau de la mer montera et rendra ces lieux inhabitables. La raréfaction de l’eau sera aussi un problème majeur, car il y aura moins de pluie. Il y aura également des changements considérables dans les systèmes hydrologiques le long des grandes montagnes à travers le monde. C’est pourquoi nous devons les aider en termes d’adaptation et de réduction des risques, et devons également ralentir, voire même stopper, la destruction des forêts tropicales. Tout ceci devrait être fait de concert avec un plan de développement et de réduction de la pauvreté.

Quels sont les plus grands obstacles que pourrait rencontrer cette initiative?
Le problème majeur est qu’il y a trop peu de financement prévu par la Commission: seulement 60 millions d’euros alors que la Banque mondiale estime qu’entre 11 et 40 milliards de dollars par an sont nécessaires pour la réduction des risques. Le programme de développement des Nations Unies a parlé de 86 milliards de dollars. Personne ne connaît le montant exact si ce n’est qu’il faudra beaucoup d’argent. Nous devons mobiliser de nouveaux fonds: le Parlement propose d’assigner 25% des recettes provenant de la vente aux enchères des permis d’émissions de l’Union européenne. Un second problème tient dans la pléthore d’initiatives et le manque de coordination. La Commission européenne doit convaincre les Etats membres: travaillons ensemble, unissons nos ressources et laissons la Commission être notre chambre de compensations.

Face à la résistance croissante envers le paquet climatique et au vu de la situation économique actuelle, l’Union européenne est-elle crédible lorsqu’elle revendique sa place de chef de file mondial en matière de protection climatique?
Le leadership de l’Union européenne est menacé par certains pays. L’un des Etats membres qui remet en question le paquet climatique est la Pologne. Elle est enfermée dans un système d’alimentation en énergie qui fonctionne au charbon et si nous voulons qu’elle signe en faveur de ce paquet, nous devons lui offrir quelque chose en échange. La Suède connaîtra un surplus d’électricité et pourrait, par exemple, offrir à la Pologne, à un prix décent, de grandes quantités d’électricité dépourvues de dioxine de carbone, afin qu’elle ne dépende plus de son charbon et pour la libérer de sa dépendance énergétique croissante envers la Russie.

Le président français, M. Sarkozy, a eu raison de dire que rien qui ne concerne la crise financière ne justifie que nous abordions le problème du changement climatique moins sérieusement. Plus nous retardons le moment d’agir, plus coûteux cela sera et les conséquences pourraient être très graves. Le changement climatique n’est pas un phénomène linéaire. C’est pourquoi nous ne savons pas quel sera son seuil ni même son point de chute. Et quand bien même nous le saurions, les dernières études scientifiques nous indiquent que le problème est plus grave et que le réchauffement est plus rapide que ce que nous pensions auparavant.

Si nous risquons une récession, une politique économique qui aurait du sens viserait à investir dans des technologies vertes. Cela créerait un type de croissance qui serait positif pour le climat et rendrait nos entreprises plus compétitives à long terme.

Textes adoptés- Construire une Alliance mondiale contre le changement climatique entre l’Union européenne et les pays en développement pauvres et les plus vulnérables au changement climatique – html


free web hit counter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :