Stratégie conjointe UE-Afrique : état d’avancement et perspectives futures

Ce résumé du rapport de la troïka sur l’état d’avancement a pour but d’informer sur les progrès réalisés à ce jour. Il vous informe sur les progrès faits par l’Union européenne et la partie africaine et vous donne un aperçu des décisions concrètes faites lors de la réunion ministérielle.

Les progrès du côté de l’UE

Conseil de l’UE
Un mandat renforcé a été adopté pour le Groupe de Travail Afrique et inclut dorénavant la coordination et la mise en œuvre de la stratégie conjointe UE-Afrique et de son plan d’action. Afin de gérer l’ordre du jour, le Groupe de Travail Afrique a commencé à se réunir et à débattre plus fréquemment et régulièrement, y compris au niveau des directeurs, des politiques et des questions stratégiques. En outre, les groupes de travail du Conseil et des comités d’autres thématiques, y compris le groupe ACP, le comité FED, les experts de l’environnement et d’autres vont contribuer à la mise en œuvre de la stratégie conjointe par son intégration dans le cadre de leur travail.

Commission européenne
La communication au Collège de la part des commissaires Michel et Ferrero-Waldner, intitulée « Suivi du Sommet Afrique-UE de Lisbonne : faire participer la Commission à un partenariat de résultats » énonce une série de mesures que la Commission a prises en considération afin de jouer un rôle central en tant que moteur, facilitateur et de co-initiateur du processus de mise en œuvre (voir « documents clés » pour lire ce document).

Certaines mesures immédiates ont été prises : renforcement du rôle du Groupe de Commissaires RELEX à travers des orientations politiques et une association plus étroite des autres commissaires dont le portefeuille thématique est impliqué dans la mise en œuvre du Plan d’action, ainsi qu’une plus grande cohérence au niveau des services, en particulier grâce au renforcement de la task force interservices de la Commission déjà existant. Un groupe de points focaux de toutes les directions générales concernées a été mis en place pour suivre et coordonner la mise en œuvre des partenariats et des projets de la Commission dans les contributions aux rapports d’exécution annuels communs UE-Afrique. Les principales délégations de la CE en Afrique, y compris dans les pays du Maghreb / Machrek, désigneront des points de contact sur lesquels faire un rapport de suivi sur la mise en œuvre de la stratégie conjointe.

Les délégations devraient aussi assurer une liaison appropriée avec les autorités nationales afin de promouvoir, en appui et en coordination avec l’exercice de sensibilisation de la Commission de l’Union africaine, la nécessaire appropriation de la stratégie conjointe au niveau national en Afrique et dans d’autres pays partenaires. Dernier point, mais non des moindres, la Commission propose de fixer un ordre du jour de la réunion annuelle entre pairs entre l’Union européenne et l’Union africaine plus politique et opérationnel. Les réunions futures seront axées sur des questions politiques et agiront comme une pièce maîtresse dans le dialogue politique UE-Afrique. Suite à l’élection d’une nouvelle Commission de l’UA en février 2008, la prochaine réunion aura lieu le 1er octobre à Bruxelles.

Équipes de mise en œuvre des 8 partenariats
Depuis le mois d’avril, les équipes ont commencé à travailler à l’initiative de la Troïka et sous la responsabilité générale de la présidence. La mise en œuvre technique et la coordination au jour le jour a été confiée à la Commission / Secrétariat du Conseil en association avec un ou plusieurs États membres. Les dispositions nécessaires ont été mises en place pour recevoir les directives politiques et assurer la pleine transparence et cohérence, et en particulier pour partager tous les renseignements utiles reçus avec les autres États membres de l’UE. Les équipes ont commencé à élaborer la première des suggestions pour la mise en œuvre des partenariats respectifs et des actions prioritaires.
Dans ce processus, les équipes, entre autres, établiront une vue d’ensemble des actions en cours, et feront des premières propositions pour la mise en œuvre à titre indicatif de la feuille de route, y compris les premiers actes concrets. Ils aborderont également la question des possibles sources de financement et des mécanismes, tel que défini dans le cadre de chaque action prioritaire du Plan d’action et élaboreront des propositions pour le fonctionnement des futurs Groupes conjoint d’Experts prévus dans le Plan d’action Les équipes fourniront les membres européens des futurs groupes conjoints (Afrique-UE) d’experts.

La délégation de l’UE auprès de l’UA
La délégation de l’UE auprès de l’UA à Addis joue un rôle majeur dans le soutien de l’approche globale du nouveau partenariat stratégique Afrique-UE. Des ressources humaines supplémentaires collaboreront avec la délégation dans l’avancement de la mise en œuvre de la stratégie conjointe UE-Afrique. En plus de son rôle politique dans le renforcement de la relation entre l’UE et les institutions de l’UA, et outre à renforcer la coordination avec d’autres institutions internationales et les partenaires multilatéraux, la délégation de l’UE joue également un rôle crucial en fournissant un soutien direct à l’UA, en particulier par le soutien du développement institutionnel de l’UA à travers la programmation et la mise en œuvre du programme de renforcement des capacités, y compris les 55m du Programme de Support en faveur de l’Union africaine et les autres initiatives importantes que gère cette délégation, selon une approche décentralisée.

Organisations de la Société Civile
Les OSC ont vivement exprimé leur volonté de participer activement à la mise en œuvre du Plan d’action. Un Groupe de direction par intérim de la stratégie conjointe UE-Afrique a été créé, regroupant des membres d’un large éventail de secteurs et réseaux non étatiques. Ils ont identifié une personne de contact par partenariat et présenté une proposition détaillée à la fois sur une méthodologie pour la cartographie des réseaux d’OSC en Europe et en Afrique, et sur leur participation au sein des équipes de mise en œuvre UE et des futurs groupes d’experts conjoints. La question du financement de leur participation active a également été soulevée et doit être affrontée. Des réunions entre le groupe de pilotage et le Groupe de travail Afrique sont prévues prochainement, ainsi qu’avec le Comité de direction des OSC de l’UA, pour discuter de comment les OSC peuvent le mieux contribuer à la mise en œuvre et au suivi du plan d’action. De grands groupes européens et africains, instituts de recherche et think-tanks, ont également créé un Réseau Europe-Afrique sur les politiques de recherche (EARN), dans le but, entre autres, de renforcer la coopération et fournir une analyse politique indépendante et des conseils sur des questions importantes pour la stratégie conjointe et d’action Plan.

Parlement européen
La délégation ad hoc du Parlement européen pour les relations avec le Parlement panafricain et le comité ad hoc du Parlement panafricain pour les relations avec le Parlement européen se sont réunis à Midrand (Afrique du Sud) en mai et à Bruxelles en septembre 2008. Grâce à une lettre conjointe adressée aux commissaires Michel et Joiner, les deux parlements ont confirmé leur volonté d’être plus activement impliqués dans la mise en œuvre et le suivi de la stratégie conjointe.

Le Comité économique et social européen (CESE)
Cette Institution est sur le point d’adopter un avis exploratoire sur la stratégie UE-Afrique, avec un accent particulier sur la création d’emplois en Afrique, et a exprimé la volonté de la partager avec l’ECOSOCC, leur homologue au sein de l’UA.

Les progrès du coté de l’Union africaine
Commission de l’UA
La Commission de l’Union africaine a réalisé une série de consultations visant à créer un consensus sur la marche à suivre. À cet égard, deux consultations régionales des États membres ont eu lieu. La première, tenue les 19-20 mars 2008 à Ouagadougou (Burkina Faso), a réuni les États Membres de l’Ouest, du Nord et des régions centrales du continent. La deuxième, tenue à Maseru (Lesotho) les 14-15 avril 2008, a réuni les États membres de l’Est et les régions du Sud du continent. L’UE a participé en qualité d’observateur à ces deux réunions. Les réunions ont produit une série de recommandations couvrant un large éventail de questions.

Le texte suivant a été approuvé :
La Commission de l’UA va jouer le rôle essentiel dans la coordination du processus de mise en œuvre de la stratégie conjointe et du premier plan d’action, comme demandé par le Conseil exécutif de l’UA lors du sommet de Charm-el-Cheikh. Afin de s’acquitter efficacement de ce mandat un Groupe de travail interministériel a été constitué au sein de la Commission de l’UA : chaque département qui a un secteur couvert dans le plan d’action est représenté dans le groupe de travail. Les membres de ce groupe de travail participeront également aux groupes d’experts Afrique. Le but est de s’assurer que les actions à mettre en œuvre dans le cadre des huit partenariats du premier Plan d’action reflètent de manière adéquate les politiques / engagements et décisions prises par l’Union africaine.

Groupes d’experts africains :
Huit de ces groupes sont formés. Ceux-ci comprendront les pays africains intéressés, les Communautés économiques régionales (CER) et des représentants de la Commission de l’UA et les institutions spécialisées. Les groupes d’experts vont procéder à une évaluation des projets et programmes en cours, ainsi que des installations et outils existants qui peuvent être utilisés dans la mise en œuvre des différents partenariats. Ils travailleront de concert avec les homologues de l’UE dans les groupes d’experts informels mixtes (Afrique-UE), qui seront formés ultérieurement.

PAP
Le PAP a exprimé son intention de soutenir la CUA au niveau des parlements nationaux, notamment en ce qui concerne les questions qui exigent une prise de position de la part des exécutifs nationaux. Le PAP s’est engagé à travailler en étroite collaboration avec l’exécutif, le cas échéant, afin d’agir sur les questions relatives à la mise en œuvre du Plan d’action est de jouer un rôle actif dans l’information des populations africaines sur l’évolution de la mise en œuvre du Plan d’action.

CER
Les communautés économiques régionales (CER) seront pleinement impliquées dans la surveillance et la mise en œuvre des huit partenariats. Par conséquent, la Commission de l’UA veillera à ce que les huit CER reconnus par l’Union africaine soient engagées en vue de discuter de leurs possibles rôles dans le processus. Par exemple, lors de la dernière réunion de coordination des CER à Charm-el-Cheikh (Egypte) le 28 juin 2008, les CER ont acceptés d’être pleinement impliqués dans le processus de mise en œuvre des partenariats.

La représentation permanente de l’UA à Bruxelles
La représentation permanente UA à Bruxelles continuera à être activement impliquée dans le processus de suivi et de mise en œuvre. Le Bureau jouera un rôle clé dans l’amélioration du renforcement de la communication entre l’Union africaine et l’Union européenne. Il a été décidé d’inclure le suivi des processus dans le cadre de son mandat et à ce propos le Représentant permanent de l’UA à Bruxelles est pleinement engagée. Par conséquent, l’effort requis est produit en vue de renforcer la capacité de la Mission de mieux s’acquitter de ce rôle très important.

Société civile
La société civile africaine travaillera en étroite collaboration avec la société civile européenne dans le processus de mise en œuvre. Il a été convenu que le Comité de direction mis en place au cours de la consultation de la société civile à Accra doit être renforcé en vue de travailler en étroite collaboration avec CIDO, en particulier sur des questions telles que la cartographie. D’autres parties prenantes telles que les CESC, les instituts de recherche et de réflexion joueront également un rôle.

Etats membres africains
Un certain nombre d’Etats membres africains ont manifesté leur intérêt pour les différents partenariats ou pour la participation des experts dans le Groupe de travail africain.

Site web commun
En ce qui concerne la communication de la stratégie conjointe, la Commission de l’Union africaine et la Commission européenne ont commencé à élaborer un site Web UE-Afrique conjoint sur le partenariat stratégique pour diffuser des informations, des documents et des mises à jour d’événements, et ont lancé la première activité de sensibilisation des médias ainsi que d’autres outils de communication. Dans le même ordre d’idées, la CUA et la CE ont organisé conjointement un Forum de haut niveau sur le thème « Médias et développement ». Cet événement, qui vise à mettre en lumière l’importance des médias pour le développement durable, a eu lieu du 11 au 13 septembre 2008, à Ouagadougou (Burkina Faso).

RECOMMANDATIONS
• Tous les principaux acteurs devraient être impliqués, à la hauteur de leurs engagements, et apporter leurs contributions et ressources;
• Le Parlement panafricain (PAP) et le Parlement européen (PE), le Conseil économique, social et culturel de l’UA (CESC) et le Comité économique et social européen (CESE), ainsi que les autorités locales à la fois des pays d’Afrique et de l’UE devraient établir des mécanismes pour une coopération plus étroite de dialogue et de participation active dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’action;
• Le maintien d’une participation de la société civile dans la mise en œuvre et le suivi du plan d’action est essentiel;
• Établir des moyens de communication efficaces entre l’UA et l’UE.

Les hauts fonctionnaires sont invités à
• Finaliser, d’ici mi-octobre 2008, les respectifs préparatifs internes, de sorte que des progrès concrets puissent être réalisés en vue de la mise en œuvre conjointe des activités convenues dans les huit partenariats;
• Instituer le groupes d’experts conjoints informel qui se réunira avec des représentants africains, européens et d’autres acteurs clés (y compris les acteurs non-étatiques), avec la compétence nécessaire et l’engagement de faire des travaux concrets sur les actions prioritaires, et de tenir la première des réunions avant la prochaine réunion de la Troïka ministérielle prévue en novembre 2008 ;
• Poursuivre la mise en œuvre du Plan d’action de manière équilibrée dans les huit partenariats, en prêtant une attention égale aux initiatives politiques et actions concrètes de coopération;
• Impliquer la task force mixte UA-UE dans la mise en œuvre de la stratégie conjointe. Les deux commissions et le Secrétariat du Conseil devraient, par conséquent, étudier les possibilités de ce groupe de travail d’assurer la continuité opérationnelle des huit partenariats et inclure dans la composition de l’Équipe spéciale une représentation appropriée du futur groupe informel d’experts, tout en maintenant l’efficacité des méthodes de travail et obtenir des résultats tangibles dans le temps pour la prochaine troïka ministérielle qui aura lieu les 20-21 novembre 2008. A cette occasion, un rapport d’avancement sur la mise en œuvre de la stratégie conjointe UE-Afrique, ainsi que de son premier plan d’action sera présentée.

free web hit counter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :