10ème réunion de la troïka ministérielle UE-Afrique : communiqué officiel

Dans le cadre du dialogue UE-Afrique, la 10ème réunion de la troïka ministérielle Union africaine- UE a eu lieu à Bruxelles, en Belgique, le 16 septembre 2008.

La réunion des ministres a été co-présidée par S.E. M. Bernard K. Membe, ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale de la République-Unie de Tanzanie et actuel président du Conseil exécutif de l’Union africaine (UA), et par M. Alain Joyandet, secrétaire d’État français chargé de la Coopération et de la francophonie. La troïka africaine était aussi composée par S.E. Dr Maxwell M. Mkwezalamba, Commissaire UA aux affaires économiques, S.E.M. Ramtane Lamamra, Commissaire UA pour la paix et la sécurité et par le représentant du Ministre des affaires étrangères du Ghana.

La troïka a également été assistée par M. Louis Michel, Commissaire européen au Développement et à l’Aide humanitaire et des relations avec les pays ACP, par le ministre des Affaires étrangères de la République tchèque, S.E.M. Karel Schwarzenberg et par Mme Helga Schmid, Directeur de l’Unité Politique de l’Union européenne et Haut Représentant pour la politique étrangère et de sécurité.
Stratégie conjointe UE-Afrique.

Le bilan de l’état d’avancement de la stratégie conjointe UE-Afrique, l’approbation de la mise en œuvre d’architecture et de la participation des partenaires extérieurs et la voie à suivre ont été au premier plan de la réunion de la troïka UE-Afrique.

Les deux parties ont présenté leurs rapports sur les consultations menées depuis le Sommet de Lisbonne sur chaque continent afin de définir les ajustements institutionnel et structurels nécessaires pour permettre une mise en œuvre efficace et rapide de la stratégie conjointe UE-Afrique et de son premier plan d’action.

L’UE a souligné la récente réforme de ses structures du Conseil chargé du suivi du dialogue UE-Afrique et l’efficacité de l’aide et la division du travail axée sur le caractère de l’arrangement pris pour l’application de la stratégie conjointe. Les ministres ont souligné la nécessité d’associer les principales parties prenantes dans le processus de mise en œuvre, y compris les États membres de l’UE et les pays africains, les communautés économiques régionales africaines, le parlement panafricain et le parlement européen, les autorités locales, et les acteurs non étatiques des deux continents, y compris la société civile, le secteur privé et les milieux universitaires.

Les ministres ont également souligné le rôle important joué par les pays africains chefs de file ainsi que par la Mission permanente de l’Union africaine auprès de l’UE et la délégation de l’UE auprès de l’UA dans l’approfondissement du partenariat.

En outre, la troïka a accueilli avec satisfaction le rapport présentant les détails de ces politiques et les dispositions institutionnelles et a adopté ses recommandations. La nécessité d’avancer rapidement sur la mise en œuvre des huit partenariats UE-Afrique a en particulier été soulignée tout comme le besoin de la part de toutes les parties prenantes de finaliser les derniers thèmes de discussions techniques concernant la mise en œuvre du cadre institutionnel.

Les dirigeants ont demandé aux experts africains et européens de commencer dès que possible les réunions informelles du groupe d’experts conjoint en vue de parvenir ensemble à des résultats tangibles à temps pour la prochaine troïka ministérielle qui aura lieu du 20 au 21 novembre 2008 en Afrique.
En outre, la troïka a demandé que des efforts soient faits pour allouer des fonds en vue de favoriser la mise en œuvre du premier plan d’action. Ils ont également invité l’Équipe spéciale UA-UE, lors de la prochaine réunion de la Commission de la CE et de la Commission de l’Union africaine, à contribuer davantage aux efforts collectifs pour mettre en œuvre la stratégie conjointe et son plan d’action.
La flambée des prix alimentaires et du pétrole.

Les deux partenaires ont reconnu la nécessité de réagir face à la crise alimentaire actuelle en Afrique. Ce fléau a déclenché entre autres des troubles sociaux dans un certain nombre de pays et pourrait constituer une menace à la stabilité et à la sécurité humaine. L’UE et l’UA ont décidé que la communauté internationale doit donner à court, moyen et long terme une réponse coordonnée à la crise alimentaire comme étape vers un partenariat mondial pour l’alimentation et l’agriculture. Les ministres ont convenu que le soutien dans ce domaine sera fourni dans le cadre des pays partenaires et des plans/pays, sur la base des politiques et stratégies nationales et ont souligné avec satisfaction que ces plans sont en cours de développement dans divers pays africains dans le cadre de l’African Agricultural Development Program (CAADP).

Changement climatique et environnement
Les ministres ont souligné leur engagement commun pour les objectifs et les principes de la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique et le Protocole de Kyoto et ont convenu de la nécessité d’élaborer une stratégie efficace, globale et mondiale en vue d’un accord sur un futur cadre post-2012 sur le changement climatique, avant la fin de 2009. Ils ont affirmé la nécessité urgente de travailler en étroite collaboration sur le développement de tous les éléments d’un post-2012 de l’accord-cadre sur le changement climatique, en particulier dans le domaine de l’adaptation au changement climatique et l’atténuation de ses effets négatifs et ont conjointement souligné la nécessité de rassembler la volonté politique de prendre des mesures plus énergiques face au changement climatique et d’examiner comment le cadre international pourrait faciliter une telle action.
L’UE a présenté sa récente initiative, l’Alliance planétaire changement climatique (GCCA) avec les pays en développement, qui vise à aider les pays les moins avancés (PMA) et les petits États insulaires en développement (PEID), en particulier à accroître leur capacité à s’adapter et à atténuer les effets négatifs du changement climatique et de poursuivre des stratégies de développement durable. Ainsi, ils ont convenu que la mise en œuvre de la GCCA dans le continent africain, y compris sa composante de dialogue politique, devrait se dérouler dans le cadre du partenariat de la stratégie conjointe UE-Afrique/Plan d’action de partenariat sur le changement climatique, avec comme objectif final l’adoption d’une déclaration conjointe UE-Afrique au niveau politique approprié, dès que possible en vue de la Conférence CCNUCC de Poznan en décembre 2008 et de la conférence de Copenhague en 2009.

CEA
Les communautés économiques africaines (CEA) joueront un rôle essentiel en tant que pierre angulaire de l’intégration continentale dans un processus souple et progressif. Compte tenu de l’importance du développement des infrastructures à l’intégration, les deux parties ont exprimé la nécessité de renforcer le dialogue dans la mise en œuvre de la phase de démarrage des activités UE-Afrique pour les infrastructures de partenariat UE-Afrique sur l’énergie en vue de faciliter l’interconnexion et accélérer l’intégration continentale et régionale.

Mises à jour sur la situation actuelle en Afrique et en Europe
En outre, la troïka a également discuté et mis à jour son homologue sur la situation actuelle en Afrique et en Europe. À l’ordre du jour ont figuré la question du Soudan / Tchad, la Somalie, le Zimbabwe et la Mauritanie ainsi que des questions européennes d’actualité, comme la Géorgie et le Kosovo.

Lire le rapport intégral – pdf

free web hit counter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :