Un moment historique: première réunion pour intégrer le NEPAD au sein de l’Union Africaine

Un moment historique: ainsi le Président de la Commission de l’Union Africaine (CUA), M. Jean Ping, a décrit la réunion de lancement de l’Unité de Coordination du NEPAD, établie par l’Union Africaine afin de superviser l’intégration du NEPAD dans le processus et les structures de l’UA.

Inaugurant officiellement la réunion d’Addis Ababa (Ethiopie) le 10 juin dernier, M. Jean Ping a affirmé : “l’Afrique est en train de réorganiser ses institutions selon ses défis et besoins. Si l’Afrique veut être efficacement compétitive avec le reste du monde, il est nécessaire de garantir une base institutionnelle forte et efficace”. Parmi les personnalités présentes, le vice-président de la Commission de l’Union Africaine ; les Commissaires pour les Affaires économiques, les ressources humaines, les sciences et technologies, l’énergie et les infrastructures ; l’Ambassadeur S.E. M. Olukorede Willoughby, Directeur général adjoint du NEPAD; une délégation du NEPAD et d’autres invités prestigieux.

Dans son discours d’ouverture, le Président de la Commission de l’UA a souligné que “depuis les années 1970, l’Afrique est à la recherche d’un cadre politique adéquat pour conduire la transformation socio-économique du continent et le placer sur la voie du développement durable”. C’est dans ce contexte que la Nouvelle Initiative Africaine (NIA) a été créée par la 37ème édition d’un Sommet de l’Unité Africaine à Lusaka, en Zambie, le 11 juillet 2001. C’est également au cours de cette période que la création de l’Union Africaine a été lancée.

Le Comité d’implémentation des chefs d’État et de gouvernement ont par la suite modifié la NIA en un Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique et le NEPAD fut adopté comme une approche intégrée et globale socio-économique du programme de développement de l’Union Africaine. Ainsi, l’objectif recherché du NEPAD a été l’éradication de la pauvreté, la promotion du développement durable ainsi que la fin de la marginalisation de l’Afrique dans la mondialisation. Avec les nombreux défis pressants auxquels le continent doit aujourd’hui faire face, ces objectifs deviennent de plus en plus pertinents.

Les problèmes de la pauvreté et la faim, le manque de stabilité politique et économique, l’insécurité et l’insuffisance des infrastructures sont parmi les principaux défis qui doivent être traitées si l’Afrique veut réduire la pauvreté et atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) d’ici la date cible de 2015, ainsi que réaliser une croissance durable et encourager le développement. Durant ces derniers temps, de nouveaux défis se sont mis en évidence, y compris celui du changement climatique et celui de la hausse des produits alimentaires et du prix du pétrole, thèmes qui devraient être traitées de façon prioritaire.

C’est dans ce contexte que la cohérence doit être un principe de base entre l’Union Africaine et le NEPAD afin de faire face efficacement aux problèmes urgents de développement et aux défis d’aujourd’hui, a commenté M. Jean Ping. Toutefois, il a aussi souligné qu’il y a eu apparemment un chevauchement et un dédoublement du mandat du NEPAD et des activités de l’Union Africaine, qui ont entravé les deux organisations dans leur action de lutte aux problèmes de développement et aux défis auxquels le continent doit faire face.

De plus, il a soulignée durant cette réunion que la duplication des efforts entre le NEPAD et l’Union Africaine est une des raisons pour lesquelles les chefs d’État et de gouvernement africains ont dans le passé pris plusieurs décisions visant à intégrer le NEPAD dans l’Union Africaine. Ces décisions ont découlé de la décision du Sommet de Maputo de 2003, qui a accepté d’intégrer pleinement le NEPAD dans le processus et les structures de l’Union Africaine (UA) dans un délai de trois ans ou jusqu’au moment où les structures et le processus de l’UA seraient devenus opérationnels.

Malgré de nombreux efforts, l’intégration du NEPAD a nécessité de cinq longues années pour prendre effet en raison d’un certain nombre de facteurs. Toutefois, l’engagement des chefs d’État et de gouvernement au processus d’intégration a été mise en évidence par la décision de la 10ème Assemblée de l’UA à Addis-Abeba en janvier/février 2008, qui a adopté une résolution visant à procéder à l’intégration du NEPAD, immédiatement et rapidement.

A cette occasion, il a été proposé que les conclusions se basant sur treize points de la 18ème Implémentation NEPAD des chefs d’État et de gouvernement du Comité d’application de réflexion (HSGIC) qui s’est tenu à Alger, en Algérie, le 21 mars 2007, devait constituer la base du processus d’intégration.

Ces treize points ont recommandé, entre autres, la transformation du Secrétariat du NEPAD en une Autorité de planification et coordination du NEPAD, dont la structure et le profil devraient être défini ultérieurement par le biais d’une étude commanditée par la Commission de l’Union Africaine.

En outre, ils ont inclus la création de cette Unité de coordination, qui devrait élaborer une feuille de route détaillée sur l’intégration du NEPAD et la création de l’Autorité de planification et de coordination du NEPAD, Autorité possédant des mesures, des étapes, des jalons et des indicateurs clairement définis.

Ainsi, M. Jean Ping a souligné que ces décisions récentes plaçaient l’Afrique dans un moment historique : il s’agit en effet de la réévaluation de ses institutions en conformité avec ses défis et besoins. Si l’Afrique a pour but de réellement faire face à la concurrence avec le reste du monde, elle doit assurer une forte et efficace base institutionnelle. Par conséquent, du moment que l’intégration du NEPAD dans l’UA est en cours, il est nécessaire de veiller à ce que la paralysie qui a saisi le NEPAD en raison d’un manque de clarté soit débloquée. Dans le même temps, il est nécessaire de veiller à ce que le Secrétariat du NEPAD ait la leadership de ce processus, grâce à un rapide recrutement d’un nouveau chef de la direction.

Il est également impératif que les termes de référence pour l’Unité de coordination soient partagés par tous et finalisés. À cet égard, M. Ping a invité les membres de l’Unité de coordination à se concentrer sur ce dont l’Afrique a besoin pour répondre autant à la vision de l’UA qu’aux objectifs du NEPAD.

Les termes de référence pour l’étude sur l’intégration du NEPAD dans les structures de l’Union Africaine et les processus doivent également être finalisés et un consultant recruté pour entreprendre cette tâche. Il est impératif que l’étude parvienne à remédier à l’écart de financement affectant le NEPAD et faire des recommandations sur les mécanismes de financement durable.


free web hit counter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :