Débat au Parlement européen sur la présence de la Chine en Afrique, 22 avril 2008

Dans un rapport sur les effets de l’expansion de la présence de la Chine en Afrique, adopté cette année, la Commission du Développement du Parlement européen a souligné que la présence chinoise ne s’arrête pas face a des pays gouvernés par des régimes oppressifs. Cette politique facilite la pratique de violations de droits de l’homme, selon les députés de la commission, qui ont également souligné le rôle de Pékin dans la disc distribution d’armesd’armes et dans la façon dont les ressources naturelles sont exploitées.

Le rapport, présenté par Ana GOMES (PSE, PT) « appelle l’UE et la Chine à suspendre tout accord commercial dans le secteur des armes avec les gouvernements qui sont coupables de violations de droits de l’homme et qui sont engagés dans des conflits ou en passe de faire la guerre, tels que les gouvernements du Kenya, du Zimbabwe, du Soudan, du Tchad, de la République démocratique du Congo, de l’Éthiopie, de l’Érythrée et de la Somalie ».

En outre, ajoute le rapport, la Chine doit renforcer la transparence de son régime national de contrôle des exportations d’armes, notamment en garantissant une notification exhaustive de ses exportations dans le cadre du registre des Nations Unies sur les exportations d’armes conventionnelles. Pour Mme Gomes, comme souligné dans un entretien peu avant le débat initial : « Le besoin de la Chine en matières premières a des conséquences négatives, non seulement sur des zones de conflit comme au Darfour, mais aussi parce qu’elle tente d’établir des bases industrielles sur le continent, comme dans le secteur du textile, et qu’elle entretient des élites corrompues et oppressives. La Chine a elle-même des problèmes avec la bonne gouvernance, le respect des droits de l’homme, les normes du travail et la corruption: elle les exporte dans les pays d’Afrique. »

L’UE doit maintenir son embargo sur les ventes d’armes à la Chine, a ajouté la Commission, aussi longtemps que cette dernière continuera de fournir des armes à des forces et à des groupes armés dans des pays, souvent africains, qui alimentent et perpétuent des conflits et commettent des violations graves des droits de l’homme.

En savoir plus sur l’entretien avec Mme Gomes – html
Lire le Rapport – pdf


free web hit counter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :