La 15ème Session de l’Assemblée parlementaire conjointe à Ljubljana (Slovénie)

Lundi, les discussions se sont essentiellement focalisées sur les négociations des APE. Glenys Kinnock et Wilkie Rasmussen ont exprimé leur inquiétude sur le ton et les procédures utilisées dans le cadre des négociations des APE. Ils ont fait remarquer que les pays ACP ressentaient trop de pression.

Hans Gert Poettering, le Président du Parlement européen, a souligné l’importance du maintien de bonnes relations de travail entre deux partenaires. Dans le cadre d’un message vidéo, il a dit que « les relations entre les Pays ACP et l’UE ne sont pas seulement un traité entre des Etats et la Communauté, elles constituent également une union entre les peuples. (…) ».

L’Assemblée discutera et votera également trois rapports le jeudi 20 mars. Le premier rapport, intitulé “Les conséquences sociales et environnementales des programmes d’ajustement structurel » (FR), par Gay Mitchell (Parti populaire européen, Irlande) et Alma Oumarou (Niger), demande à la Banque mondiale et au FMI de réfréner la conditionnalité politique économique dans leurs prêts, de rendre leur politiques plus adaptées à chaque pays, et d’axer la conditionnalité sur la lutte contre la pauvreté. Le second rapport de Filip Kaczmarek (Parti populaire européen, Pologne) et Mr De Sousa (Angola) consacré aux « Expériences issues du processus d’intégration régionale européenne, pertinentes pour les Pays ACP » encourage les Pays ACP à se mettre d’accord pour exercer conjointement leur souveraineté dans les secteurs où ils ont depuis longtemps des intérêts communs et des problèmes frontaliers. Ce rapport voudrait aussi promouvoir des initiatives régionales pour mettre sur pied des investigations, des directives et des contrôles des ressources naturelles conjoints. Le troisième et dernier rapport, relatif à « La thématique de la sécurité alimentaire dans les pays ACP et le rôle de la Coopération UE – Pays ACP », préparé par Alain Hutchinson (Parti socialiste européen, Belgique) et Mohamed Ali (Ethiopie) suggère qu’une meilleure gestion des accès à l’eau, ainsi que le renforcement des capacités des femmes dans la gestion de la production agricole et le bannissement des plantes dans les combustibles organiques, aideraient à réduire l’insécurité alimentaire.

Pour plus d’informations et un accès aux documents pertinents – html
La vidéo de la conférence (Louis Michel, G. Kinnock) peut être visionnée ici – html


free web hit counter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :