Contacts sur la consultation UE-Afrique

ecdpm Le processus de consultation est facilité par le Centre européen de gestion des politiques de développementSi vous avez des commentaires, questions ou contributions, veuillez les envoyer par courriel à : europafrica@ecdpm.org


free web hit counter

Publicités

3 Responses to Contacts sur la consultation UE-Afrique

  1. gerardja dit :

    Bonjour,
    Je trouve l’initiative très intéressante et je vais y participer pour chacun des grands thèmes de réflexion proposés.
    Néanmoins, pour une meilleure compréhension de toutes et tous les francophones, je vous suggère de revoir la version française, visiblement traduite de l’anglais… par un anglophone et non un francophone. Certaines formulations demandent plusieurs lectures pour tenter de bien les saisir et c’est fort dommage.
    Bien à vous.

  2. Oscar Kabamba dit :

    Madame, monsieur

    Je fonde beaucoup d’espoir sur ces travaux, car j’estime que la Société Civile est la seule neutre et concernéer qui peut mieux traduire les aspirations et les voeux de l’Afrique de manière objective.
    Elle est la seule représentante de toutes les couches des Africains.

    Partant, quelles sont les conditions de participation à ces travaux, car je tiens vivement à y etre en tant que journaliste africain.

    A très bientot

  3. Repu blique de côte d’ivoire
    Association de L’Éveil du Bardot
    01 bp 443 san pedro 01
    Tel : +225 09 19 07 04
    +225 06 48 68 49

    Objet: PROJET D’AIDE A LA
    POPULATION DU QUARTIER
    BARDOT

    Salut a tous,

    Avant tout nous aimerions vous décliner notre identité.
    Nous sommes une association de jeunes africains notamment de la cote d’ivoire. Et nous résidons tous dans la ville de san pedro, ville située à 360 km de la capitale Abidjan.
    Notre association à pour dénomination Association de l’Eveil du Bardot en abrégé AEB.
    Nous vous prions de bien vouloir lire entièrement ce document que nous vous adressons, car c’est avec une joie sans borne que nous vous envoyons ce courrier d’une importance capitale pour nous.

    Nous résidons comme nous l’avons souligné un peu plus haut dans la ville de san pedro, ville située au sud ouest de la côte d’ivoire dans la région du bas sassandra et plus précisément dans le quartier Bardot.
    Si vous n’avez jamais entendu ce nom Bardot, sachez tout simplement que Bardot est le plus grand bidonville de l’Afrique de l’Ouest et les conditions de vie ici sont très difficiles.

    Nous vous écrivons, vous en tant qu’organisme afin que vous puissiez vous penchez sur le sort de notre quartier le Bardot, c’est-à-dire nous aider à transformer le Bardot en un cadre de vie vivable.
    Il est vrai que les fonds peuvent paraître énormes ou colossaux, mais sachez que vous aurez sauvé tout un tas de monde. Beaucoup d’organismes restent réticents à nous accorder une aide nous les africains, tout simplement parce que d’autres avant nous ont reçu des fonds pour le développement de certains projets, mais rien n’a été fait et vu.
    La réticence est donc tout à fait normale, cependant nous disons qu’en ce qui nous concerne l’amélioration de notre condition de vie nous tiens tellement à cœur que nous ne pouvons songer en ce moment à aucune mauvaise gestion des fonds que nous pourrions recevoir.
    Nous sommes psychologiquement trop prêts pour faire la différence, et dans la mesure du possible devenir vos collaborateurs, cette volonté, nous la nourrissons depuis la création de notre association. Aujourd’hui c’est cri de détresse que nous lançons en directions de tout le monde entier, c’est un SOS qui vous est adressé.
    Quelque part dans le monde, des humains souffrent et veulent sortir de la misère, ils vous tendent donc la main sans honte ni peur. Demandez leur qu’est qu’ils veulent ? et vous entendrez : nous voulons manger, nous voulons avoir des habitations en dur, nous voulons que nos enfant filles partent à l’école ou encore nous voulons des centres de santé adéquats.

    Pour vous aider à avoir une idée de ce que c’est que Bardot, suivez ces différents points que nous présentons ci-dessous.

    1- PRESENTATION DU BARDOT

    Bardot comme l’ont toujours révélé les médias Africains, demeure sauf preuve de dernière minute la plus grande agglomération de baraques où s’abrite la population pauvre. En Afrique occidentale ce n’est pas les quartiers précaires qui manquent, mais la taille qu’affiche le Bardot est sans commentaire par rapport aux autres.

    Situé presque au centre de la ville de san pedro, Bardot et ses périphéries constituent environs les 2/3 de la ville de san pedro. Le terrain du bardot est très accidenté avec des plaines et des descentes très accidentées. Sa population se compose en grande partie des peuples du nord du pays communément appelés les « dioulas ». La majorité de la population du bardot travail dans le secteur informel pour les hommes et le commerce pour les femmes.

    2- LES CONSTRUCTIONS EXISTANTES

    Au Bardot 9/10 maisons sont en baraques, certaines avec plus de 15 années d’existence. Les piliers des maisons qui sont également des planches sont parfois très dégradées sous l’action des torrents d’eau.
    En ce troisième millénaire dans notre quartier Bardot existe encore des maisons en terre battue construites avec des bambous de chine. Les toitures sont des tôles moyenâgeuses, des résidus de planches ou parfois même du plastique.
    Plus de 9 personnes vivent très souvent dans ces maisons en baraques. La longue durée d’existence de ces baraques constitue des dangers latents pour ces nombreuses familles et leurs enfants.

    Depuis la création du port autonome de san pedro, second port du pays qui a constitué un véritable pôle d’attraction, bardot ne fait s’engouffrer dans une précarité qui ne dit pas son nom.
    La municipalité à toujours fait semblant de s’intéresser au sort du Bardot, mais la population ne fait que souffrir. Sachez que les habitants des autres quartiers résidentiels, nous appelle ici les « habitants du quartier village » à tel enseigne que la population du bardot vit exactement que ceux des vrais villages et campements. La construction d’une maison au Bardot n’a vraiment pas besoin d’attendre des années lumière : des clous parfois arrachés à d’autres vieilles planches, un plastique en guise de toiture, des cartons de papier pour constituer un plafond à l’intérieur et le tour est joué !

    L’eau utilisée pour la vaisselle, la cuisine et la lessive provient le plus souvent d’un puits de 30 mètres de profondeur partagé par plusieurs familles. Parfois aucune margelle et les eaux de ruissellement s’y déversent encore. Les toilettes sont également des creusets de grande profondeur très insalubres avec des odeurs nauséabondes et très suffocantes à vous arracher la respiration.
    Dans les salles de bain, toujours en baraques des moisissures exécrables jonchent sur tous les côtés. Les canalisations sont faites de façons anarchiques par les torrents d’eau de ruissellement traversant des nombreuses cours avant de s’immobiliser dans un bas fonds au beau milieu du quartier.
    Au Bardot tout est vraiment vieillissant et très poussiéreux.

    3- CONDITIONS DE VIE DES POPULATIONS

    La vie au quartier Bardot n’est vraiment pas une partie de canasta.
    Si consommer de la nourriture frugale comme le Kabato (poudre de maïs bouillie accompagnée de sauce) s’appelle se nourrir, alors tout le Bardot se nourrit.
    Comprenez donc que la nourriture de base manque énormément de vitamine. Les familles qui suivent normalement les trois repas quotidien peuvent être montré du doigt.

    Maintes fois des Organisations Non Gouvernementales luttant contre la fin circulent dans le quartier pour s’enquérir sur les familles, mais jusqu’aujourd’hui rien de concret n’a été fait. Nous avons besoin de concret, d’une aide des coopérateurs qui vont nous permettre de voir un lendemain nouveau comme des habitations, des écoles, de l’électricité, de l’eau courante, des centres de santé et des salles de divertissement.
    Notre collaborateur et co-initiateur du projet Monsieur Kouassi Eric qui est infirmier, tient une clinique au cœur de cette agglomération de baraque. Eric on peut le dire, s’il disparaissait du Bardot mettrait plusieurs vie en danger tant il est sollicité par la masse de la population. « Eric, c’est notre demi dieu ici au Bardot » affirmait madame Diakité sortant d’un grave paludisme traité par l’infirmier.
    La zone de chalandise de notre infirmier peut s’étendre jusqu’à 900 mètres de diamètre, on peut dire que 3 habitants sur 4 se soignent chez l’infirmier.
    Cependant le jeune infirmier rencontre d’énormes difficultés et cela au niveau des médicaments qu’il propose à ses patients, un manque criard de médicaments contraint très souvent Eric à reconduire la masse vers le Centre Hospitalier Régional ou les populations craignent de débourser gros. Parfois faute de matériel de dernières technologies ultra moderne les malades sont conduits vers la capitale (Abidjan).

    La masse de la population est très pauvre et leur déplacement vers le Centre Hospitalier Régional entraîne toujours des contraintes d’hospitalisation et très souvent les patients ne parviennent pas à avoir au grand complet tous les médicament à fortiori régler les frais d’hospitalisation.
    Figurez vous que quand le problème de sang s’impose très souvent mort s’en suit faute de présence d’une véritable banque de sang dans la région toute entière.
    En côte d’ivoire, nous le disons avec beaucoup d’amertume, il existe un seul établissement de don de sang à Abidjan. C’est embêtant car parfois certaines âmes de bonnes volontés veulent bien donner leur sang pour sauver des vies humaines, mais là encore il faut se déplacer jusqu’à la capitale.
    La construction d’un établissement de don de sang à san pedro pourrait soulager toute notre région.
    Monsieur Siaka ouvrier à la société THANRY à rendu l’âme au Centre Hospitalier Régional le 04 septembre 2004 faute d’anémie sévère, n’ayant aucun établissement de don de sang et la banque de sang de ville étant en rupture, le temps mis pour nous expédier le sang d’Abidjan à san pedro (360 km) fut trop long pour le souffrant.

    Nous, Association de l’Eveil du Bardot (AEB), vous écrivons ce premier courrier afin d’avoir un premier contact avec vous. Cependant si notre cas vous intéresse, alors manifestez le nous.
    Dès votre intérêt si vous avez besoins d’avoir de plus amples informations sur notre association et le Bardot alors signifiez le nous par mails ou par téléphone. Nous seront très ravis de vous fournir tout ce dont vous avez besoins pour traiter notre dossier, des MMS, des vidéos et des témoignages vous pourrons être envoyés.

    4 – EN QUOI CONSISTE REELLEMENT LE PROJET D’AIDE
    A LA POPULATION DU BARDOT ?

    L’objectif primordial du projet d’aide à la population de Bardot se traduit en des différents points suivants.
    1. Construire des logements adéquats pour la population de Bardot avec politique de payement mensuel souple la population puisse honorer ses de logements.
    2. Apport en soins médicaux à la population du Bardot
    3. Construction d’un centre de don de sang doté de spécialistes en la matière.
    4. Construction d’une école primaire, avec pour dessein pur de sensibiliser la scolarisation des jeunes filles.
    5. Adduction du quartier en eau potable et électrification des grands recoins sombres.
    6. Constructions des latrines et des salles de bain saines.

    Des détails plus amples plus vous seront fournis sur chaque points dès lors que nous manifesterez votre intérêt a notre cas, si notre situation vous inspire alors aidez-nous.

    Nous seront très ravis que vous nous apportiez votre rescousse financière, nous le souhaitons vivement. Le projet est d’une grande envergure raison pour laquelle nous voulons vous intégrer entièrement. La question de gestion sera pilotée si vous le souhaitez par votre organisme et certains d’entre nous.

    Plusieurs fois des organismes sont venus sillonner le quartier, cependant rien n’a été fait, maintenant nous voulons que cela change, la population a assez souffert et continue de souffrir.
    Aidez le Bardot c’est un SOS que nous lançons, un cri de détresse que nous vous adressons. Aidez le Bardot une fois pour de bon ! Peu importe que l’aide vienne de façon progressive.

    L’Afrique notre continent à toujours eu la rescousse de l’occident surtout dans ce contexte actuel de mondialisation, alors faites nous le geste qui sauve.

    Nos contacts sont les suivants :

    Association de l’Eveil du Bardot (AEB)
    01 bp 443 san pedro 01
    Adresse e-mail : ae.bardot@yahoo.fr
    tel: +225 09 19 07 04
    +225 06 48 69 49
    Contacts des responsables de l’association de l’Eveil du bardot (AEB).

    M. Coulibaly Abdoulaye
    01 bp 443 san pedro 01
    Coolabrazaq2002@yahoo.fr
    (GSM): +225 09 19 07 04

    M. Kouassi Eric
    01 bp 443 san pedro 01
    kuassiericdoc@yahoo.fr
    (GSM): +225 06 48 69 49

    Nous vous remercions bien de nous avoir accordé votre attention

    Cordialement,

    Les Responsables
    De l’association de l’Eveil du Bardot.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :